Ski
Accueil > Actu > Nature & Environnement > Compte Rendu de la réunion avec le Parc du Mercantour enfin validé par toutes les parties

Compte Rendu de la réunion avec le Parc du Mercantour enfin validé par toutes les parties - Actu Nature & Environnement

 
+26
28 votes

Compte Rendu de la réunion avec le Parc du Mercantour enfin validé par toutes les parties

Proposé par Phil'Ô le 24.09.2011, publié le 24.09.2011 :: www.mountainbikers-foundation.com :: 143 vus :: 35 commentaires :: Nature & Environnement

6 mois d'attente, cela valait le coup puisque le travail commun paie : une vrai collaboration est en train de voir le jour entre le Parc National du Mercantour et les associations Eco-sentiers et Mountain Bikers Foundation sur la pratique du VTT au sein du Parc. »

Commentaires

» Par Ricil, le 24.09.2011

Il est où le compte-rendu ???

» Par Phil'Ô, le 24.09.2011

Je ne sais pas. Dans le pire des cas, je te le ferais suivre par mail.

» Par Le ded, le 24.09.2011

•Ouvrir un dialogue et présenter les initiatives MBF et Eco-sentiers
•Avoir un retour sur la politique du Parc du Mercantour d'ouverture de son Coeur de Parc au VTT
•Evaluer les possibilités d'évolution de la réglementation dans le contexte de la refonte de la Charte du PNM

Il aura fallu quelques temps pour que tout le monde tombe d'accord sur la teneur des propos au cours de cette réunion, c'est désormais chose faite.

Le moment est en effet complexe du côté du Parc National. En pleine refonte de la Charte (le texte fondateur de toute la réglementation prise par le Directeur du Parc National) nos associations ne sont pas les seules à rencontrer le Parc en ce moment d'ouverture pour faire accepter des assouplissements légitimes de réglementation.


Le CR cité concerne la synthèse de la MBF et non pas celui du PNM. Soyons patients car le document officiel sera pondu par le Parc pour le statut du VTT en zones d'adhésion.
Je cite :
Vous verrez dans le document final que le PNM est très prudent sur le développement de la pratique du VTT en coeur de Parc. En revanche il nous incite à travailler en commun sur des sentiers VTT en zone d'adhésion (hors zone de réglementation).

» Par Phil'Ô, le 24.09.2011

Absolument, l'actu pointe sur un résumé/préambule rédigé par la MBF, mais le fameux document final dont il est question a été validé par les deux parties (justement c'est ça qui a été long). C'est juste qu'il n'est pas (encore ?) disponible sur le site de la MBF :lost:.

(En attendant ?) je le tiens à la disposition de ceux que cela intéresse (format pdf) par mail :wink:

» Par Bianchi, le 25.09.2011

tu peux m'envoyer le texte dont on parle tous ?
merci camarade

» Par sanfroic, le 25.09.2011

Itou merci

» Par Florent, le 25.09.2011

Quand le parc comprendra que sa mission est la protection de la faune et de la flore ;)

» Par Phil'Ô, le 26.09.2011

C'est corrigé :wink:.

Le C/R est à présent téléchargeable sur le site de la MBF :cool:.

Une dernière précision à vous apporter pour resituer ce compte-rendu...
Lors de la réunion, les fonctionnaires du parc pensaient que le portage en cœur de parc était touché par l'interdiction. Ca nous a surpris (et j'avoue perso avoir même été décontenancé par cette annonce lors de la réunion). Nous avons demandé (par mail a postériori à la réunion) la confirmation que le portage était interdit en cœur de parc, car si cela s'était avéré, cela remettait en question notre approche stratégique. Après quelques semaines, le directeur-adjoint a confirmé par mail qu'ils s'étaient trompés et que seul le poussage/pédalage est sanctionnable. Tant que le vélo ne touche pas le sol, c'est autorisé !

Il ne faut donc pas perdre de vue que ce C/R marque le bilan de la réunion. Tout ce qui s'est dit après ne sy' trouve pas. C'est pourquoi dans le préambule/présentation de la MBF on a bien précisé que le portage était autorisé en cœur de parc.


Nous allons avoir un travail de titan à faire en zone d'adhésion pour avoir une chance d'aboutir sur un assouplissement des règles en cœur de parc. D'ici là, les idées/propositions des conditions de cet assouplissement, auront mûri de part et d'autres :wink:.

» Par Florent, le 26.09.2011

Ahhh il ne faut pas que véhicule touche le sol ? ;)

La notion de véhicule = quelque chose qui permet de te véhiculer : si tu n'est pas sur le vélo, le vélo ne te véhicule pas ... (c'est plutot l'inverse, c'est toi qui doit le pousser...)

» Par Pïerre, le 26.09.2011

Lors de la réunion, les fonctionnaires du parc pensaient que le portage en cœur de parc était touché par l'interdiction.
Et ben, si même les fonctionnaires du parc ne connaissent pas leur règlement... Et si on pose le vélo pour se reposer, ça donne quoi ? C'est assez ubuesque ce truc, cette réglementation concernant les vélos montre ses limites en tout cas.
@Florent: bonne remarque... Un humain qui porte quelque chose ne devient-il pas lui aussi un véhicule ?

» Par Phil'Ô, le 26.09.2011

J'avoue que le poussage n'a pas été directement évoqué (et par précaution j'ai préféré ... :oops:). Une chose est certaine : Si tu es sur le vélo, tu prends une prune !

Sinon, je ne pense pas qu'il faille se focaliser (ou chercher une faille) sur le côté juridique du "véhicule", car si demain cette notion bien floue, venait à être éclaircie en notre faveur par un gouvernement quelconque, l'administration du parc trouverait un autre biais juridique pour interdire malgré tout les activités qu'elle ne souhaite pas voir dans la zone coeur :wink:.

Non ce qu'il faut c'est continuer à travailler au changement de notre image vers le grand public et mener des actions de lobbying pour rappeler aux gestionnaires d'espaces protégés qu'ils ne peuvent plus continuer à faire comme si nous n'existions pas ou comme si notre discipline était nuisible à l'environnement... Tout un programme :roll:

» Par Florent, le 26.09.2011

Oui je te comprends, dans une réunion en temps limitée ya pas le temps pour aller dans ce genre de détail...

Quelques idées pour la suite :

La notion de non-discrimination venant d'en dessus (=conseil d'état) est assez forte et prise en compte par les PN :
Cf les Parc qui ont du autoriser la cueillette du Génépi pour tout le monde (en france, tous les citoyens sont égaux), et pas uniquement par les locaux.

(=source L-Ric via Ricil)

Pour moi s'il faut comme tu dis continuer à changer notre image, communiquer, mais aussi aller vers un fondement plus légal de notre activité, comme n'ayant pas de lien direct
- avec la protection de la faune, de la flore
- de la protection du caractère du parc

(Re L-Ric ;)


Donc Allez on lance une collecte de photos montrant des VTTites à coté d'animaux, pour montrer que la cohabitation existe !

@Pierre: ça pourrait exister oui pour dans les cas d'un "porteur" = chaise à porter.

Dans le cas suivant c'est pas du portage, mais bien du roulage... et d'après vous est-ce que c'est interdit ??? ;)
http://www.ecrins-parcnational.fr/actus/55-accueillir-partager/900-la-montagne-accessible-pour-tous.html

» Par Ricil, le 26.09.2011

C'est bien du roulage, mais c'est un véhicule sans moteur et qui de surcroît n'est pas un vélo. Et c'est interdit nulle part dans le décret du PNEcrins...

» Par Florent, le 26.09.2011

Je te rappelle que TOUS les véhicules non motorisés sont interdits par ton directeur ;)

Donc y compris :

- raquettes
- skis
- joelettes
- VTT

http://www.ecrins-parcnational.fr/le-parc-national/actes-administratifs/cat_view/107-recueil-des-actes-administratifs/126-2011/128-arretes-du-directeur.html

Article 1 : La circulation des véhicules non motorisés est interdite dans le le coeur du parc national des Ecrins...

Lire aussi les sections maintenant autorisées grâce au travail des organisateurs de la Valgaude :)

» Par Phil'Ô, le 26.09.2011

Oh la vache, effectivement, cet arrêté peut être interprété comme l'interdiction totale de tous les véhicules non motorisés en cœur de parc national des Écrins.

Sur le terrain, qu'en est-il ? Le ski est-il effectivement devenu interdit ?

» Par Pïerre, le 26.09.2011

Le snow kite est donc un véhicule... Mais c'est quoi qui est un véhicule, le surf/skis ou alors le kite ou alors uniquement la conjonction des 2 ?

» Par Florent, le 26.09.2011

Le coup du snow-kite montre juste que ya pas grand monde qui à une définition simple de la notion de véhicule, et que donc le mot véhicule ne doit en aucun cas être utilisé dans un texte aussi limitant qu'un interdiction de PN...

sinon réponse : http://fr.wikipedia.org/wiki/V%C3%A9hicule

» Par Ricil, le 26.09.2011

Ah, bah, oui, c'est vrai. Cet arrêté du directeur date du 30 mars dernier et sera caduque dès que le charte sera approuvée (2012).

Afin de clarifier les choses, qui est prêt à ce que je le verbalise en ski de rando cet hiver dans le coeur du PN ?
Idem pour la joëlette...

» Par Florent, le 26.09.2011

merci pour l'info :)
prems , ça fera jurisprudence pour la suite ;)

» Par seb, le 27.09.2011

Quelle connerie...
Et une paire de baskets, c'est un véhicule? Si des skis le sont, je ne vois clairement pas en quoi un artifice non humain permettant à un humain de se déplacer (des baskets) ne le seraient pas.

A part en rire de ces réglements stupides, on peut aussi se dire qu'il y a assez de sentiers autour des parcs pour ne pas chercher à étendre la zone de prédation du vtt? (avocat du diable inside)

» Par Phil'Ô, le 27.09.2011

Gaffe au vocabulaire employé les Zamis :wink:, le VTT n'est quand même pas un prédateur... :roll:

» Par Florent, le 27.09.2011

c'est clair !

@seb : pour les baskets (on pourrait y rajouter les battons) oui clairement... d'ailleurs les pratiques nouvelles (ou nouvellement anciennes... suivez mon regard) à base de basquets peuvent aussi poser problème...

La nature est à protéger partout, en dehors comme dans les parcs. La démarche du parc qui voit dans la zone de coeur comme de la zone périphérique comme d'une même zone à protéger est en ce sens un invitation à avoir le même soucis envers la nature, DANS et en dehors ;)

Le VTT en tant que tel

- ne nuit pas à la flore (on fait pas de hors piste, et surtout on ne pollue pas comme d'autre véhicules motorisés à énergie fossile)
- ne nuit pas à la faune (pas plus que d'autres pratiquants).

Les VTTetistes doivent par contre participer à l'entretien des sentiers, et bien avoir conscience de partager l'utilisation du sentier.

Ceci étant dit, il y a aura toujours des consommateurs qui ne voient pas plus loin que leur ride, et ceux qui seront consomm'acteurs (dans ou en dehors des parc).

Si vouloir utiliser sa liberté (de circulation, quelque soit le but, loisir, déplacement impératif) est vu comme une prédation, alors interdisons nous de nous de pratiquer, à quelque endroit que se soit.

donc voila le contre argument pour ton avocat ;)

» Par seb, le 28.09.2011

Mouai... pas mal...
Mais pourquoi la "nature" serait elle à "protéger partout"? L'homme fait partie de ladite nature, son projet actuel (depuis les Lumières...)étant d'en devenir maître et possesseur.
Meme à la lumière de ce qui se dit en ce moment (montée de la "conscience écolo", la planète est dévastée, l'eau est foutue, la biodiversité s'effondre, etc...), en quoi créer des ghettos de nature (eventuellement payants ou à accès restreint comme c'est le cas actuellement dans les Parcs Nationaux) va améliorer le sort des hommes? On peut bien se dire que la création de ghettos permet de légitimer tout et n'importe quoi autour (c'est ce qui se passe historiquement : voir l'état des US, caricatural); même et surtout dans l'inconscient collectif. Ce n'est pas pour rien qu'on en soit à devoir balayer devant notre porte, face à des pratiquants du VTT qui ne seraient pas "consomm'acteurs"...au moins eux sont cohérents et en phase avec le système de pensée.

Dès lors, la Nature ne devrait-elle pas être vue comme une entité "hors de l'homme" et ainsi guider les choix de développement humain? Ainsi, la seule et vraie prédation serait celle de l'homme. Réactionnaire, n'est-il pas? Il ne me semble pas que cela soit l'opinion des Parcs Nationaux, et c'est pourtant la seule solution philosophique pour se sortir de ce merdier. Mon client est donc logiquement pour la dissolution des Parcs Nationaux...

A toi ;-)

» Par Phil'Ô, le 28.09.2011

Oui, mais là c'est pas une négociation/discussion avec une administration qu'il faut mener, mais une révolution complète :lol:

» Par Bianchi, le 28.09.2011

Lors de la création des PN, et du PNM en particulier, s'est posée la question : les PN ne seront ils pas des alibis, une zone +/- fortement protégée et destinée à rester +/- intacte, en échange d'une quasi totale liberté d'aménagement en zone périphérique, avec financements, subventions, à la clef, etc ( voire les limites des PN scrupuleusement négociées pour permettre tout aménagement futur de stations de ski, routes, urbanisation .... projets de station à Mollières / Salèzes, Caramagne en Roya ...
Ma conviction est que oui, les PN ont eu un effet nocif en dehors de leurs frontières - nocif parce qu'on finit par y faire n'importe quoi, alors qu'on aurait pu imaginer un développement plus "intelligent", plus au profit de la population locale, moins aux financiers investisseurs, et plus respectueux de l'environnement
Ceci étant, pas de parc aurait signifié encore bien pire ( voir les extensions du barnum en Vanoise et ailleurs ), et à ce titre, je ne peux admettre que l'on revienne - si ce n'est à la marge et avec justification objective, la pratique mesurée et responsable du MTB fait partie de cette "marge" - sur les règles et objectifs fondamentaux des PN, qui sont grignotées à chaque occasion qui se présente ...

» Par Florent, le 28.09.2011

Le truc c'est que le VTT ne contredit en rien les objectifs fondamentaux des PN ;)
Sinon le VTT serait interdit dans tous les PN, hors il n'est pas interdit dans la majorité des autres PN Européens. (exemple Italie).
Et en France même il n'est pas interdit dans le PN des Cevennes, celui de la Reunion, et dans le peut-être futur PN des Calanques.

En t'écoutant du mets sur le même plan la dévastation de vallées par aménagements des stations de ski... et la pratique du VTT en tant que sport de nature.
Je te suis sur ton constat que les PN ont eu un effet nocif en dehors (exemple Vanoise)
Par contre la théorie selon laquelle il n'y avait aucune autre solution est démentie tous les jours... dans un endroit que l'on connait bien...

Le QUEYRAS. Voilà un endroit qui est un véritable laboratoire vivant :
- d'un autre développement harmonieux entre la nature et les hommes
- de la cohabitation VTT/piétons/faune/flore...

» Par Bianchi, le 29.09.2011

Je ne mets absolument pas sur le même plan le ravage de l'urbanisme, du tourisme de masse, du fric , etc etc avec pauvre impact des qqs gugus en MTB !!! Dieu merci !!
Tout en restant farouche défenseur de l'intégrité des qqs % de territoire protégé ( +/- sérieusement ) encore relativement intact sur notre terre de France, j'admets volontiers qu'ils soient ouverts à l'activité et la présence humaine, dans la limite de comportements et pratiques respectueuses, non excessives, intelligentes, cohérentes ... etc - au même titre que d'autres sports de pleine nature - pas tous, pas les quads ... - ( le skieur de montagne n'est pas nécessairement autorisé à massacrer les jeunes pousses qui sortent de la neige, ou déranger sans vergogne la faune hivernale, etc ni de laisser ses merdes derrière ses spatules ... )
Le MTB en fait évidemment partie des pratiques qui devraient être naturellement acceptées , sous réserve du respect d'une charte, - par tous, proscrivant les dérives bien connues - et avec certaines contraintes ou restrictions éventuelles justement fondées ...
Il est faux ( malheureusement ) de citer l'Italie comme lieu de liberté absolue pour le MTB, de plus en plus de régions, de parcs naturels, et aires protégées, communes interdisent totalement ou partiellement le VTT "hors pistes"
En matière de PN Italien ( très peu nombreux, d’ailleurs qu'y a t il en dehors du Grd Paradis?? ), m'étonnerais que le MTB y soit officiellement totalement libre ??
En Autriche, il y a - pour diverses raisons - de larges interdictions au MTB en liberté
le PN des Cévennes est un territoire encore largement habité, trafiqué, etc
le futur PN Calanques ne part pas non plus d'une "page vierge" et doit légitimement intégrer une partie des pratiques existantes
Le Queyras est spécifique :
il n'a ( pas encore trop ) subit la pression touristique, démographique, financière etc de ses voisins, région à l'écart des axes de communication, population maitrisant bien elle même la problématique, etc
Il est inexact de dire que le MTB n'y pose pas certains problèmes,principalement du fait de la surfréquentation en été - et des dérives comportementales - dont les conséquences dommageables sont les mêmes partout

» Par Florent, le 29.09.2011

Donc en gros tu es d'accord pour dire que le VTT (sur sentiers, cela s'entend, et pas hors piste) ne contredit en rien les objectifs fondamentaux des PN :)

Heureusement que sur les zones habitées on peut concilier protection de la nature et présence humaine...

Enfin si le MTB sur sentiers pose certains problème, ils ne sont en rien en lien avec les objectifs fondamentaux des PN.

Si le Queyras est spécifique, et bien que le spécifique soit généralisé ;)

» Par Bianchi, le 30.09.2011

"Donc en gros tu es d'accord pour dire que le VTT (sur sentiers, cela s'entend, et pas hors piste) ne contredit en rien les objectifs fondamentaux des PN"
Oui bien sûr, mais dans le respect de l'éthique, des règles en vigueur, et des principes repris dans les "chartes" du MTB
Non, si le comportement devient irrespectueux de l'environnement et des autres "usagers" ( hordes sauvages et dérives dévastatrices bien connues ), et dans ce cas, il est malheureusement clair que c'est peu ou pas du tout compatible avec les objectifs des PN !!
Le caractère inoffensif du MTB n'est pas un axiome universel, il se mérite
"Heureusement que sur les zones habitées on peut concilier protection de la nature et présence humaine..."
certes, on peut, on pourrait, on devrait, mais l'évolution générale va bien en sens inverse de ce souhait ....
"Si le Queyras est spécifique, et bien que le spécifique soit généralisé"
Ben, t'auras du mal à transformer les Ecrins ou le PN du Mercantour en PR du Queyras ....

» Par Florent, le 30.09.2011

Ok, donc pour résumer :

Un sport peut-être compatible, dans les rêgles, chartes fixées. Ce qui se passe par la suite (dérives ou non respect des règles) est du domaine de la police et ne saurait avoir un impact sur l'acceptation de ce sport.

En gros : si tu prends 100 gars qui vont dans le parc, et que 99 cueillent du Genepi au dela des limites, et qu'un seul gars respecte les règles, on concluera qu'il y a un problème de police, et pas qu'il faut interdire la marche à pieds dans le parc sous prétexte qu'une partie ne respecte par les règles.


Sinon l'objectif de départ est tout autre, c'est une réserve intégrale où l'homme est bannit.

Enfin sur le Queyras : je ne parle des status du PR vs PN, mais surtout d'un modèle de développement sous-tendu par une politique et donc un dirigeant ayant une certaine vision...

» Par Bianchi, le 30.09.2011

"si tu prends 100 gars qui vont dans le parc, et que 99 cueillent du Genepi au delà des limites, et qu'un seul gars respecte les règles, on conclura qu'il y a un problème de police, et pas qu'il faut interdire la marche à pieds dans le parc sous prétexte qu'une partie ne respecte par les règles."
On interdit toute cueillette, et c'est plus facile à contrôler que de compter les brins de 99 personnes ...
Pareil pour les 10% de fous du volant qui roulent comme des dangers publics : c'est à cause d'eux que j'ai eu une prune et un point en moins pour 1 km/h de trop sur une autoroute déserte ...
ça s'appelle règlementation d'ordre public, voire punition collective,
mais c'est malheureusement nécessaire dans l’intérêt général
on est bien d'accord sur la nécessité de respecter certaines règles comportementales et/ou restrictions justifiées par les spécificités du milieu dans lequel on évolue( je répète, c'est vrai pour toutes les activités ),
alors soit les règles de "liberté contrôlée" sont respectées, soit on est amené à en prendre de plus contraignantes
Encore une fois, le MTB - Dieu sait si j'en ai fait au long de ma vie - est une activité qui a explosé ces dernières années, en nombre de pratiquants, en technicité , capacité physique, et dont l'éthique a été polluée par l'approche "DH " irrespectueuse accentuant la problématique " VTT = véhicule", promue par certaines stations de ski en été ...
Un sport qui montre des dérives systématiques, graves,est nécessairement encadré, règlementé, etc
A nous de prouver que l'on sait maitriser la pratique collective à ( 100 - n)% et éradiquer les n% de dérives

» Par seb, le 30.09.2011

Ma conviction, c'est qu'on ne va rien éradiquer du tout car cette pratique "dérivante" est:
-en phase avec le modèle de pensée de notre société
-en hausse constante, et récupérée par des sociétés professionnelles qui vont défendre leur bout de gras avec l'habituelle argument stupide "il faut bien bouffer"
-encouragée par les médias, qui s'emploient à donner leur bénédiction à toute forme de liberté vététistique. Les quelques sursauts d'éthique (voir un vttmag d'il y a quelques années, des éditos de vélovert parfois...) ne changent rien à l'affaire.

S'impliquer en local, c'est bien et indispensable, mais il faut garder de la lucidité: la lutte politique est très déséquilibrée.

» Par Bianchi, le 30.09.2011

ben c'est mon sentiment
les incantations libertaires dans les rares morceaux de territoire encore +/- protégés sont sans guère de valeur, malsaines et improductives
le MTB estampillé " Dérives bien connues " n'a pas sa place dans les espaces naturels, qu'il reste dans les barnums commerciaux des stations et autres profiteurs du pognon
A nous de prendre conscience et de lutter pour maitriser ces dérives, même si le combat est probablement vain ...

» Par Florent, le 30.09.2011

Ben pour le Genepi, la cueillette n'est pas interdite... et les gardes sont payés pour chopper les contrevenants pour autant ;)

Ton exemple de la vitesse est excellent :

On a pas interdit la circulation sur les routes sous prétexte que certains roulent vite :, par contre on verbalise sur la condition de vitesse :

Dans les parcs, limitons la vitesse ! Voici un critère qui s'applique à tous... ! 30 km/h, 25 ? ça suffit pour les cavaliers, traileurs, vttistes ?

» Par Bianchi, le 30.09.2011

Tu rêves, camarade
Tu vas mettre des radars semi pédago automatiques alimentés par panneaux solaires et connection satellite internet pour prélèvement des prunes sur le compte en banque ?????
Les Vélos n'ont pas de plaque d'immatricul ...
Et puis, y a pas que le critère vitesse
Et de toute façon, les gus qui seraient en droit de verbaliser ont bien d'autre chose à faire ...
Dans les ( certains ) PN, la cueillette du genépi est tout simplement interdite
Je dis pa ça pour tirer sur les MTB, j'en ai fait pendant 20 années
A l'origine du PN M, le VTT était libre
L'interdiction est venue après qqs années, suite ( déjà !!! ) aux abus et dérives incontrôlables déjà à cette époque
tu vois que les hordes sauvages n sont pas un phénomène récent !!
Amitiés

Editer Ajouter un commentaire







HTML interdit. BBCode Autorisé.