Ski
Accueil > Actu > Nature & Environnement > Et une interdiction de plus !!!

Et une interdiction de plus !!! - Actu Nature & Environnement

 
+15
15 votes

Et une interdiction de plus !!!

Proposé par AlainVDL le 25.09.2017, publié le 25.09.2017 :: www.ffrandonnee.fr :: 76 vus :: 44 commentaires :: Nature & Environnement

Interdiction du VTT sur la rive Gauche du Tarn dans le Parc National des cévennes. »

Commentaires

» Par AlainVDL, le 25.09.2017

L'article de la MBF associé au sujet
mbf-france.fr/articlesentinelle/les-gorges-du-tarn-interdit-au-vtt/

» Par Le ded, le 25.09.2017

"Suite à l'ouverture dans cette zone de plusieurs sentiers destinés à la pratique du VTT de descente, sans autorisation, sans tenir compte des enjeux environnementaux ni des itinéraires pédestres existants, l'établissement public et la commune de Saint-Pierre-des-Tripiers ont décidé d'agir conjointement."

Et bing!

» Par Phil'Ô, le 26.09.2017

Bien fait !

» Par JB74, le 26.09.2017

Le ded a dit :"Suite à l'ouverture dans cette zone de plusieurs sentiers destinés à la pratique du VTT de descente, sans autorisation, sans tenir compte des enjeux environnementaux ni des itinéraires pédestres existants, l'établissement public et la commune de Saint-Pierre-des-Tripiers ont décidé d'agir conjointement."

Sauf que ce n'est pas ce que remet en cause l’arrêté !!!

» Par Le ded, le 26.09.2017

Par contre on voit que la MBF a du conseil juridique derrière car son courrier dénonce point par point l'arrêté pris par le PNC. La suite dans le compte-rendu du jugement du TA.

@JB74, non par pour le PNC mais ce doit être la cause du 1er arrêté de la mairie en 2016. Ensuite tout le monde le sait bien, il suffit de trouver une petite fleur endémique, une réunion gastro avec Natura2000 et on pond un arrêté d'interdiction.

» Par Guig74, le 26.09.2017

C’était une zone du PNC avant cet arrêté ou pas ?

Pour moi, je ne suis pas contre une interdiction total des véhicules quel qu’ils soient à l’intérieur des parcs nationaux.
Le VTT est bien plus intrusif que les piétons.
Voir même bien plus que les aéornefs sans moteur, qui se voient interdit de survol à moins de 1000m sol.
Ça fait du bruit, ça fait du mouvement rapide, ça crée de l’érosion, bien plus qu’un pieton qui peut en créer déjà pas mal si le passage est fréquenté.
Si l’on veut créer des zone de réserve intégrale, c’est pas avec des engins mécaniques, même sans moteur que l’on doit aller en profiter.
On peut y aller à pied, et se réserver d’autres passages pour le VTT.

» Par Le ded, le 26.09.2017

Oui c'est une zone du PnC mais pas en cœur de Parc.
Il y avait déjà des interdictions dans le PnC
www.cevennes-parcnational.fr/sites/cevennes-parcnational.fr/files/PNC_documents_telechargeables/reglementation/deliberation_du_5_novembre_2013.pdf.

Le PnC englobe même Anduze !

» Par Guig74, le 26.09.2017

Ben même des zones détachés du coeur du parc peuvent avoir leur intérêt pour la préservation des milieux et l'interdiction reste justifiée.

Je sais que c'est chiant de changer ses habitudes quand on les a prises mais il faut quelque part se remettre en cause personnellement avant de remettre les autres en cause.

J'apprécie grandement le travaille de la MBF (bien que je n'adhère pas, mais j'y pense), mais j'ai un peu l'impression que cela va trop loin en disant tout de go que l'arrêté est illégal...

» Par Florent, le 26.09.2017

La MBF accepte les interdictions, tant qu'elles sont vraiment justifiées et partagées (souvent) avec les autres usagers (marcheurs, grimpeurs, alpinistes...)
La plupart des interdictions dans les Parc Nationaux ne sont pas justifiés.
Allez lire ce qui se dit sur FB, voir mon message dans http://mbf-france.fr/articlesentinelle/les-gorges-du-tarn-interdit-au-vtt/

» Par Phil'Ô, le 26.09.2017

Il suffit de voir l'état de certains sentiers en plein coeur du PNM, avec parfois jusqu'à 5 traces creusées pour couper les épingles (au dessus du ref de la madonne par ex) pour contredire
Le VTT est bien plus intrusif que les piétons
Que dire des "traillers" qui vont au moins aussi vite que les VTTistes sur bon nombre de portions...

Pas si simple... la solution passe par la pédagogie, pas par l'interdiction, mais c'est bien plus facile d'interdire :ill:

L'argument de dire que les piétons sont plus légitimes sur les sentiers que les cyclistes est d'un autre âge ! Les piétons peuvent faire plus de dégâts que des cyclistes (bâtons, coupes, hors sentier, etc...). Ce sont les comportements déviants qu'il faut corriger, et ce, autant du côté cycliste que piétons.

» Par Guig74, le 27.09.2017

Mouais,

C'est bien pour ça que le Parc interdit de sortir des sentiers.
Et les piétons sont normalement canalisés sur des passages précis, même si ceux-ci s'élargissent et se creusent au fil du temps et de la fréquentation.

La faunes dispose de ce fait d'espaces tranquilles si elle en a besoin, et les piétons de la possibilité d'entrer dans ces réserves.

Le problème principal de l'érosion est la fréquentation.
Le passage d'un vélo correspond au passage de plusieurs piétons, probablement 5 ou 6.
Si les parcs autorisaient les vélos sur des chemins déjà très fréquentés et bien érodés ce serait la porte ouverte au n'importe quoi.
Et même si c'est 4 ou 5 clampins par ans, du fait de l'élitisme des itinéraires, c'est de trop.
Une réserve est un endroit où l'on se doit d’être le moins intrusif possible et je suis désolé, le VTT l'est plus que des piétons, même si ces derniers courent.

Bref, je ne suis pas contre les interdictions du VTT dans les PN, et leurs réserves détachées.

Et bien sûr, faire de la pédagogie en plus pour tout le monde !

» Par Phil'Ô, le 27.09.2017

Guig74 a dit :C'est bien pour ça que le Parc interdit de sortir des sentiers.
Tient donc ??? 8O
Pas tous les parcs nationaux alors parce que j'ai hâte de lire un règlement du PN Mercantour allant dans ce sens :roll:

@ Guig74 : Et d'où tu tires ces affirmations qu'un cycliste érode autant que 5 ou 6 piétons... Tu as des études sérieuses qui le prouvent (car je (et je pense aussi la MBF) suis preneur) ou est-ce juste un préjugé, un fantasme largement diffusé par le lobby de la FFRP et les vieux randonneurs qui veulent se garder leur pré carré.

Moi, je dis que tout dépend de la pente, du terrain et qu'un cycliste peut très bien avoir moins d'impact qu'un piéton sur un sentier... et qu'en moyenne ça se vaut. Je suis bien sûr favorable aux interdictions justifiées... mais justifiées par du sérieux, du concret, pas par des préjugés...

On ne tombera pas d'accord (et ce n'est pas bien grave, on ne parle que de loisirs n'est-ce pas :roll:). Pour moi un piéton, un cycliste, un parapentiste sont tous autant légitimes à pénétrer les espaces protégés, à condition que cela ne perturbe pas le bon développement de la faune ou de la flore... Si le gestionnaire pense qu'il faut protéger en interdisant, il faut que tous les usagers soient concernés par l'interdiction. Le clientélisme en faveur des marcheurs n'a que trop duré, d'autant qu'il n'est basé que sur des préjugés et non des faits :evil:.

Pour en revenir aux sources de cet interdiction, ce sont quelques petits cons de VTTistes qui ont tracé des parcours sans autorisations qui font payer à ceux qui sont respectueux des sentiers ! Et ça me fout hors de moi. Là, le gestionnaire a raison de chercher une solution et pour lui ça passe par l'interdiction totale. Ce qui est critiquable du côté du gestionnaire, c'est qu'il interdit à tous les VTTistes au lieu d'interdire et punir la création de nouveaux sentiers... Qu'ils soient créés par des cyclistes, des marcheurs ou quiconque...

» Par Florent, le 27.09.2017

Et encore, sur FB la personne se défend en expliquant que ces sentiers ont toujours existé, le parc lui justifie l'interdiction car les VTTistes n'utilisent pas la liste des circuits "ouverts" aux VTTistes, sur le site pour touristes... a savoir http://destination.cevennes-parcnational.fr/ .
Visiblement ils ne savent pas qu'en coeur de parc la réglementation est l'inverse, à savoir autorisé sauf la liste de sentiers interdits !

Bien lire tous les messages du parc sur https://www.facebook.com/Parc.national.des.Cevennes/posts/1470294189712933
La photo d'un Lapierre XControl de 2002 est parlante...

» Par Lohic, le 27.09.2017

Si, un cycliste a forcément plus d'impact sur un sentier qu'un piéton :
Un piéton de 100 kg (déjà un bon piéton) exerce une pression au sol de 1 kg/cm2 (surface d'1 pied = 20 cm x 5 cm, ce qui est déjà un petit pied, vous n'avez qu'à mesurer vos semelles pour vous en convaincre).
Un VTT exerce aussi une pression de 1 kg/cm2 (ce qui est déjà une petite pression, les pneus sont souvent davantage gonflés).
Mais le piéton va plus lentement que le VTT, ses freinages sont bien moins violents, ses accélérations aussi. De plus son pied est plus large et plus plat qu'un pneu de vélo, donc moins agressif. Le vélo laisse comme trace un sillon dans lequel la pluie ruisselle, accentuant l'érosion.
Donc ça ne me paraît pas déconnant de dire qu'un cycliste érode autant que 5 ou 6 piétons.

» Par Phil'Ô, le 27.09.2017

Moi j'attends qu'une étude sérieuse vienne confirmer ou faire voler en éclat ces préjugés. Car pour l'instant, ce ne sont que des préjugés, des avis perso (le miens y compris).

Car de mon point de vue un pneu fait moins de dégâts qu'un bâton planté dans la terre meuble (sans dérapage bien sûr, car il faut savoir rouler propre), surtout que le suspensions amortissent les chocs que les jambes des piétons font directement supporter au sol.

» Par Guig74, le 27.09.2017

Je pense qu'il peut y avoir un moyen simple de voir la différence d'érosion entre un vélo et un piéton : comparer une le résultat d'une course de trail et d'une course/rando de VTT sur un nombre équivalent de participants et sur un terrain à peu près similaire.

M'est avis que l'on verra à vu d'oeil qu'il y a eu un passage massif de vélos sur les sentiers concernés avec le VTT et qu'il serait plus difficilement discernables pour la course de trail.

Mais ça reste de la supputation personnelle, je n'ai jamais fait de courses ou randos organisée ni en VTT ni à pied.


Sinon, pour ce qui est de la pression au sol, un vélo à une surface d'appuis de quelques centimètres carrés, qui doit être moindre que la surface d'une semelle, même du 39,
la pression doit être plus proche de 3kg/cm2.
Je ne sais pas s'il faut résonner en terme de gonflage de pneu, mais si c'est le cas, il y a 2 roues.
Et 2 roues gonflées à 1.5 bars...

» Par lamouette, le 27.09.2017

Pour la pression des roues sur le sol, c'est simple, tu branche le manomètre et tu monte sur le vélo. Tu auras le résultat.

» Par Lohic, le 27.09.2017

C'est tout vu : c'est la pression à laquelle tu as gonflé tes pneus. En fonction du poids que tu mets dessus et des efforts que tu leur appliques, ils vont plus ou moins se déformer et avoir une surface de contact avec le sol plus ou moins étalée, mais la pression y demeurera la même, et sera la pression exercée sur le sol (du moins tant que tu ne les écrases pas au point que la jante touche directement le sol).

» Par Florent, le 27.09.2017

Et quelle est la pression de la minipelle ou de la pioche ou de la barre à mine qui a crée le sentier ?

» Par Guig74, le 27.09.2017

Vous avez lu le communiqué de presse, qui date d'avant la publication facebook ?

www.cevennes-parcnational.fr/fr/download/file/fid/4156

Même si l'arrêté est merdique et qu'il a été fait de façon hâtive, je le trouve motivé, plein de bon sens et bonne volonté envers la communauté VTTiste.
De plus l'interdiction porte sur les sentiers ouverts sauvagement, donc c'est pas déconnant du tout.

Et en plus le GR6 en bas reste ouvert au vélos.

De plus, je trouve bien qu'un parc national soit ouvert comme ça à la pratique du VTT.
Ce n'est pas trop le cas de la Vanoise, que je prend comme référence :
www.vanoise-parcnational.fr/fr/parc-national-de-la-vanoise/la-reglementation-du-coeur

» Par Florent, le 28.09.2017

Oui lu...
Va voir les circuits proposés sur http://destination.cevennes-parcnational.fr/ qui est mentionnée dans cet arrêté et dis nous si ça correspond à la pratique VDM...

Tu comprendras tout simplement que la motivation n'est pas l'écologie, mais de faire correspondre notre pratique à LEUR vision du VTT, non sportif, pas "de descente".
Alors que d'autres activités comme l'escalade sont autrement plus impactantes et non soumises à cette censure.
Le problème est surtout que tout le monde a dans sa vie fait du vélo, voire du VTT et à un avis sur la pratique.
Comme si en escalade on devait limiter le niveau technique au niveau moyen de la population française.

» Par Lohic, le 28.09.2017

Ah ben voilà. Il y a un complot ! Et un complot contre l'Elite en plus !

» Par Le ded, le 28.09.2017

Mais non Lohic, ce qu'il faut lire c'est que quand les décisions d'arrêtés sont prises par les décideurs, la plupart du temps les corporations directement liées à ces interdictions ne sont pas présentes (ni invitées, ni conviées).
Tiens ça me fait penser aux gorges du Tarn:
Avez vous déjà croisé les gus en camionnettes qui remontent les canoës/kayaks ?
Ne pensez-vous pas qu'au niveau sécurité des autres usagers, on est un ou eux crans au dessus que le gus en vélo qui croisent les randonneurs ?

» Par MisterE, le 28.09.2017

"l'enfer c'est les autres"...

» Par Guig74, le 28.09.2017

Désolé de vous dire ça les gars, mais vous avez une vision passablement étriqué de l’activité que vous pratiquez.
C’est toujours plus simple de rejeté la faute sur les autres.
Je fais du VTT depuis plus de 15ans en montagne et je suis conscient que l’activité n’est pas anodine pour l’impact environnemental dans son acceptation large.

Faut arrêter de de se voiler la face et dire que les autres usagers sont pire.
De l’objectivité ne fait de mal à personne.

Et je le sais, car je pratique ou ai pratiqué plusieurs activités de montagne et de plein-air, et je vois concrètement lesquels ont plus d’impacts que les autres.

Il y a un adage qui dit :
"regardez la poutre qui est dans votre œil avant de voir la brindille dans l’œil du voisin"
Je pense que ça s’applique parfaitement ici.

Et je le répète, même si je ne suis pas sur place pour vérifier, les chemins sur lesquels porte l'interdiction semblent être seulement ceux qui ont été ouverts sauvagement...
J'ai comme l'impression que certains ne sont pas tout blanc dans cette mobilisation...

» Par Florent, le 28.09.2017

l'impact il est culturel, avant d'être réel.

La preuve l'interdiction ne poste par sur ces chemins qui auraient pu être crées, mais sur une zone ou sur la carte il y a plein de sentiers existants JUSTEMENT...

Natura 2000 montre même que l'impact est le même la plupart du temps, en restant sur les sentiers.
C'est pas le sujet mais l'impact de la grimpe et escalade, du ski de rando en hiver est supérieur bien entendu.

Le parc communique sur une liste de circuits VTT (qui seraient les seuls autorisés à l'avenir ?) sur http://destination.cevennes-parcnational.fr/ alors que jusque là la règle était "autorisé sauf interdit".

» Par Guig74, le 28.09.2017

bien bien bien...

» Par JB74, le 28.09.2017

Impact du ski de rando en hiver dans les gorges du Tarn ??? T'es sérieux là ???

Impact de la grimpe sur les sentiers ???

Il me semble que l'escalade est bien plus encadrée que le VTT en France. Il est interdit d'ouvrir de nouveaux sites sans avoir l'accord des propriétaires.
Par contre en VTT, on va où l'on veut ou presque !!!

Dans cette histoire, il est dommageable voir condamnable de créer de nouveaux sentiers de montée ou de descente sans le faire intelligemment (actions vers les propriétaires).
De même qu'il est condamnable d'interdire des zones sous de faux prétextes.

» Par Le ded, le 28.09.2017

"Sauf que ce n'est pas ce que remet en cause l’arrêté"
"l'interdiction ne porte par sur ces chemins qui auraient pu être créés"

Bien sur que si que l'arrêté porte sur les sentiers créés sauvagement > je cite : "Considérant qu'il est nécessaire de préserver le caractère des lieux".

Cette phrase englobe d'une manière générale et implicitement le fait qu'il est donc interdit de créer des itinéraires (vtt) en préservant les lieux.
Vous savez tous comme moi, qu'une interdiction, qu'un arrêté se doit d'être, le plus souvent, le plus évasif possible afin de couvrir un ensemble de choses plutôt qu'un cas bien particulier.
Donc le terme "préserver le caractère des lieux" interdit la création des sentiers sauvages.

» Par Florent, le 28.09.2017

Tu peux pratiquer l'escalade en Terrain d'Aventure partout. C'est l'essence de l'alpinisme pour pouvoir aller partout.
Idem en ski de rando.
On parle de vrai impact, pas sur les sentiers (cf ma remarque sur la pression ci dessus), mais sur la biodiversité... (sinon impact du ski de rando nul a part tasser de la poudreuse).

"Sauf que ce n'est pas ce que remet en cause l’arrêté"
"l'interdiction ne porte par sur ces chemins qui auraient pu être créés"

oui mais la création de sentier (qui reste à prouver, a priori c'est pas à 100% le cas) est déjà interdite partout donc l'arrêté (sur cette zone) ne sert à rien sauf à interdire le VTT sur les chemins existants.

"Considérant qu'il est nécessaire de préserver le caractère des lieux" : signifie que la pratique du VTT "de descente" n'est pas culturellement acceptée, il faut aller rouler sur les itinéraires VTT décrits sur http://destination.cevennes-parcnational.fr/

C'est ce qu'on va plaider à la MBF en tout cas, on attend le recours gracieux sous 2 mois.

» Par Florent, le 28.09.2017

Une remarque supplémentaire : dans toutes ces interdictions, il ya du non dit et des raisons cachées, des pb d'incompatibilité de personnes parfois. On est au courant de l'envers du décors dans ce cas précis, et tout n'est pas écrit dans la communication publique MBF. Ce qui n'est pas acceptable, c'est l'absence de discussion avec à la clef une interdiction qui n'est pas justifiée, ne correspondant à aucun réel but de protection. MBF est tout à fait prête à accepter des interdictions justifiées (et à priori partagé avec les autres sports de nature).

» Par Le ded, le 28.09.2017

Entièrement d'accord avec toi que tout n'est pas tout écrit (dans l'arrêté) , ni tout dit.
Il y a des raisons pas si obscures que cela et qui reviennent souvent sur la table. Suivez mon regard ...

» Par Phil'Ô, le 28.09.2017

100 % d'accord

» Par Clems, le 29.09.2017

Tiens ca me rappelle le cas du sentier des clots...
Une interdiction pour arranger un copain...

» Par Le ded, le 29.09.2017

Ah bon, Clems, tu peux nous en dire plus ?

» Par Clems, le 30.09.2017

Oui bien sûr.
Cf la discussion ci-dessous.
http://www.vttour.fr/forum/read_94264.html

Mais pour résumer, les interdictions sont plus faciles à mettre en place qu'à défaire.
Il suffit d'avoir une raison. Après c'est à nous, VTTistes, de démontrer qu'elle n'est pas recevable. Mais faut faire ce travail.
Dans le cas des Clots, il y a une zone d'activité touristique qui est constituée par le plateau d'Emparis. Sur ce lieu, se partage ainsi l'espace entre piétons, VTTistes, parapentistes et pasteurs. Puis bien sûr, la faune et flore "sauvage"... Bref, le sentier des Clots passe par une zone que je qualifierai "d’économiquement intéressante". Il y a un biotope, un petit refuge, une belle vue, un sentier à sensation, une fontaine... Bref de quoi ravir bon nombre de randonneurs. Alors, un gars du coin veut tirer avantage de cette zone (non sans mal, il a plutôt raison) mais se rend vite compte que sa clientèle est quelque peu dérangée par les vélos (qui peuvent être bien sûr des randonneurs ou encore des mecs à déposes organisées par les écoles des 2Alpes ou Alpe D'hu ou Bourg ou …). Du coup, le mec, copain du maire demande de faire quelque chose. Et voilà. L'affaire est menée avec un arrêté.
Moi, ça ne me dérange pas de partager. Il faut de la place pour tout le monde. Alors je peux comprendre la démarche sachant que cela s'appuie sur une entente locale. Le business se partage à plusieurs.
Ensuite, beaucoup de vttistes profitent des sentiers, sans se poser la question d'un éventuel entretien et d'un rouler propre. Il est vrai, que dans ces endroits de partage, le comportement des vttistes peut facilement être pointé du doigt. Comme ceux des piétons gorés qui croient que la nature est une poubelle, mais la, on ne stigmatisera pas l’ensemble des piétons. Alors qu’en vélo, c’est plus simple. Par notre différenciation mécanique, on stigmatise et interdit.

» Par Phil'Ô, le 30.09.2017

Une vision très claire à mon humble avis

» Par Le ded, le 01.10.2017

Clems, je ne lis toujours pas où il est dit que le maire à fait plaisir à un copain ?
Si on se base sur les "on-dit", on devient pire que les autres en croyant ces balivernes.
Il y a quand même une réflexion sur un nouvel itinéraire pour rejoindre le refuge des Clots depuis la piste d'Emparis qui éviterai la zone de biotope. Ça c'est factuel.

» Par Clems, le 01.10.2017

Oui Le ded.
On ne va pas dire que c'est pour un partage d'une économie et favoriser un gars du coin.
On va te dire que le vélo c'est dangereux et que ça dégueulasse tout et consort et consort... C'est plus simple.
M'enfin, fais un sentier la bas après le passage des vaches? Sur Emparis, je ne vois pas vraiment de détériorations des sentiers par les vélos, à part le GR qui descend sur Besse. Et celui la même, il est tellement transformé en crankworks/DH que je suis étonné qu'on ne l'interdise pas si l'on se fie aux arguments avancés pour les Clots?
Bref, il en faut pour tout le monde et c'est tant mieux. Je suis même super content de pouvoir monter la haut avec ma caisse quand je suis avec mes gosses.
Sinon, sur Besse, je connais bien la fille du doyen du village et mon ancien coach de ski possède un refuge aussi dans le secteur... Du coup, j'ai eu effectivement les ragots du coin, mais ceux la étaient vrais...
Moi, dans ces cas, j'essaie toujours de savoir à qui profite l'interdiction et ensuite si possible discuter avec le gars de ses arguments.

» Par Le ded, le 02.10.2017

"M'enfin, fais un sentier la bas après le passage des vaches?"

Ahaha, je l'aime bien celle là. Jusqu'à preuve du contraire, les sentiers sont des sentes d'estive et de pâturage (en tous cas du côté de la Buffe, d'Emparis, du col du Souchet, du GR54, du Rif Tort, de la Loutre de Quoa, du Rif du Tel, ... )Normal que les vaches et moutons y passent. Non?
Maintenant pour éviter les sentiers défoncés par les vaches, si ça gène tant que ça, il y a la piste :lol:
On en parlait justement avec Henri mercredi dernier lors de notre sortie sur Besse des gens qui ont du mal avec les sentiers naturels.

» Par Etienne-H-, le 02.10.2017

Le Ded a dit :les sentiers naturels
Bel oxymore !

» Par Le ded, le 02.10.2017

Il faut comprendre "les sentiers qui ne sont pas shapés pour le vtt".

» Par Lohic, le 02.10.2017

Tu veux dire "les tracks qui ne sont pas shapés pour le mountain bike" ?

» Par Etienne-H-, le 02.10.2017

Je suis pas certain que les marcheurs (dont je suis aussi ;)) apprécient les sentiers défoncés par les vaches, notamment lorsqu'il s'agit de tracés séculaires. La cohabitations des activités (de loisir et de production) se passe très bien dans pleins d'endroits, ce n'est pas une fatalité d'avoir des dégradations évitables.

Editer Ajouter un commentaire







HTML interdit. BBCode Autorisé.