Ski
Accueil > Actu > Politique & société > L'avenir du vélo électrique entre les mains de la FFC !?

L'avenir du vélo électrique entre les mains de la FFC !? - Actu Politique & société

 
+16
16 votes

L'avenir du vélo électrique entre les mains de la FFC !?

Proposé par JB74 le 03.10.2017, publié le 03.10.2017 :: www.vojomag.com :: 122 vus :: 47 commentaires :: Politique & société

On se pose beaucoup de question sur l'avenir du VTTAE, la réponse sera bientôt connue. »

Commentaires

» Par Le ded, le 03.10.2017

Il ne faut pas que ça file à la fédération de motocyclisme sinon c'est mort pour le vae, les sentiers et dans une certaine mesure, les vtt.

» Par Phil'Ô, le 03.10.2017

J'aurais quand même préféré que ce soit la FFCT qui le récupère... L'absence du côté "compétition" est plus en phase avec ce que fait la majorité des pratiquants.

» Par MisterE, le 03.10.2017

ce qui est assez fou c'est que l'appartenance à une fédé découle de la nécessaire organisation des compétitions or qd on voit le souci qu'il y a actuellement avec le dopage mécanique (et le physiologique aussi), quel intérêt à faire des compétitions de VTTAE ? C'est déjà pas simple de découvrir des moteurs cachés, alors des moteurs plus puissants que les autres ou des magouilles...
De plus l'intérêt de telles compétitions me laisse dubitatif car le physique du bonhomme sera tjs nécessaire (alors que dans la réalité le moteur compense) donc quel intérêt si ce n'est commercial pour en faire parler > j'ai ma réponse... :D

» Par Le ded, le 03.10.2017

Et même si c'est commercial, ça gène qui, manu ?
Derrière il y a des fabricants, des importateurs, des revendeurs, donc de l'emploi en somme et des utilisateurs.
Le marché du VAE est en plein boum. Et il faut absolument le fédéré. Ensuite que cela ne corresponde pas à notre VdM ou à l'éthique de certain, ce n'est pas grave puisque notre communauté, c'est peanuts par rapport à la majorité des vététistes.
Les courses de vae vont permettent d'ouvrir le champ du possible à des candidats qui n'auraient pas eu les moyens physiques de courir en musculaire. Il y a de la place pour tout le monde, non ?

Un vae est trop proche d'une moto et la FFM a besoin de redorer son blason.
Rien n'est gagné ;-(

» Par Pïerre, le 03.10.2017

Cela dit je me demande si pour l'avenir du VTT non électrique et sa pratique dans les espaces naturels, il ne vaudrait pas mieux le dissocier des vélos électriques. Dans cette optique, que les vélos électriques soient "repris" par la fédération français de moto ne serait pas forcément une mauvaise chose.

» Par MisterE, le 03.10.2017

Ce n'est pas une critique et je pense que le fait d'être repris par la FFC est mieux que par la FFM, j'exprimais juste qu'il existe plein de courses en VTT classique (comme en moto) et que le VTTAE est un peu entre-deux
j'imagine mal un gars se sentant trop faible pour aller à une compétition de VTT classique (sachant que si c'est le cas son challenge sera plus de finir que de gagner) aller sur une compétition de VTTAE
Bien sûr il y a de la place pour tous, cependant j'ai aussi peur que le VTTAE tue le VTT classique

» Par nicom, le 03.10.2017

"Bien sûr il y a de la place pour tous, cependant j'ai aussi peur que le VTTAE tue le VTT classique"

Il y a peut être de personnes comme moi qui aiment transpirer et bien en "chier" et qui donc pour le moment n'envisage pas de passer au VTT électrique (en plus du prix). Le truc qui aussi peut faire hésiter c'est de savoir que les batteries sont composées de matériaux exploités dans des pays pauvres d'Afrique et que ces batteries sont pas terrible niveau environnementale... pour toute ces raisons le VTT à la force des mollets a encore de beau jours devant lui....

» Par DreLaBiale, le 03.10.2017

VTTAE est une belle invention pour la randonnée même pour des personnes peu aptes à pédaler "frénétiquement",l' itinérance,etc...............
Cependant j' ai cette inquiètude liée à l' augmentation inéluctable du nombre des pratiquants de VTTAE par leur "facilité",ainsi que des performances des VTTAE ( autonomie et puissance,poids et capacités de franchissement montée/descente ),donc également du nombre de pratiquants expérimentés dans les sentiers techniques =
C' est que les interdictions de passage aux "vélos" (cycle et donc vtt compris) dans les villages,milieux sensibles,touristiques ou fréquentés,etc.......... vont probablement se multiplier +++++

» Par brunobf, le 04.10.2017

Je rejoins complètement l'avis de Drelabiale. C'est plus l'augmentation du nombre de VTTAE qui peut poser problème à l'avenir.
Si sur les sentiers fréquentés par les VTTistes et les piétons, le nombre de VTTAE augmente, les interdictions risquent de pleuvoir !
Et on peut difficilement faire rentrer les VTTAE dans les véhicules motorisés, car ce n'est pas vrai.

» Par jjbi, le 04.10.2017

Le VAE est un artifice, ce n'est plus un "cycle" mais un véhicule à moteur, puisque ce n'est pas un "véhicule pas à moteur", et devrait être considéré comme tel, certes moins polluant et dérangeant ou ravageur qu'un quad ... La conséquence est que le VTT traditionnel pâtisse de cet afflux de pratique, il est déjà bien mal considéré par les gestionnaires d'espaces ... plus ou moins admis tant que restant marginal ... qu'il ait une existence officielle est une nécessité, à savoir rattaché à l’activité "vélo" ou "moto" , je sais pas quel est le mieux ... je note dans cet article la référence systématique à l’organisation de compétition ou de manifestations de masse ... comme si la pratique individuelle, ou entre amis n'existait pas ... c'est pourtant l'essentiel de la pratique et la moins dérangeante pour l'environnement ...

» Par Phil'Ô, le 04.10.2017

@ jjbi : je partage exactement ton analyse, et comme toi je n'ai pas d'avis tranché sur ce qui serait le mieux. Ce qui est sûr, c'est que c'est un danger car cela favorise l'augmentation de la fréquentation et donc ça favorise l'atteinte du seuil de SURfréquentation des sentiers.
Après, c'est normal que les fédérations cyclistes ou motos ne parlent que de compétitions. Elles ne sont là quasi exclusivement que pour ça ! Elles pensent, existent et vivent que pour et à travers la compétition. La pratique que nous avons n'a jamais eu besoin d'une fédération quelconque, sauf pour nous représenter auprès des autorités, d'où la genèse de la MBF qui est venue remplir ce vide.

Il faut juste savoir que les gestionnaires d'espaces naturels cherchaient souvent à dialoguer avec les VTTistes, et les fédés de cyclisme étaient toujours conviées autour de la table des négociations, mais jamais elles n'ont envoyé de représentants, car elles ont jugé que cela ne les concernaient pas ! Au final, le gestionnaire a pris les décisions avec les représentants qu'ils avaient autour de la table (chasseurs, randonneurs, éleveurs, bétonneurs, etc...). Faut pas s'étonner.

Sans faire de pub pour la MBF, mais depuis que ses représentants s'assoient autour des tables de négociation, notre voix et notre pratique est enfin audible (pas forcément écoutée, mais déjà entendue). Il faut juste que les gestionnaires connaissent mieux son existence, car souvent la MBF n'intervient que lorsque le mal est fait car non sollicitée initialement.

» Par jjbi, le 04.10.2017

Le VAE est un artifice, ................
surtout quand on voit les engins trafiqués, débridés ... qui de ce fait ne sont plus des VAE ... une "compèt" de VAE c'est en fait quasiment technologique, celui qui aura réussi à installer le moteur ou la batterie la + boostée ... de préférence sans que ça se voit trop, à ce titre, mieux vaut qu'ils aillent avec les motos, ça les différenciera des vrais VTT, et les conduira peut être aux mêmes régulations qu'avec les véhicules à moteurs ( si régulation réelle il y a encore ... )

» Par JB74, le 04.10.2017

"mieux vaut qu'ils aillent avec les motos, ça les différenciera des vrais VTT"

Et non, la différence va être difficile à faire !
Entre moto et VTT (électrique ou pas) on voit bien la différence. Entre VTTAE et VTT, c'est plus difficile au premier regard pour un non averti. Alors l'amalgame sera vite fait entre les 2.
Associer le VTTAE avec une moto, c'est associé le VTT à la moto ! Pour vous en convaincre, suivez le regard des marcheurs que vous croisez sur un sentier à la montée. Ils cherchent le moteur...

Et pour la fréquentation des sentiers, je pense que la question va se poser sur certains d'entre eux seulement et pas ceux que l'on a l'habitude de fréquenter. Un novice n'osera pas sortir de chemins balisés et un averti les fréquente déjà !

» Par AlainVDL, le 04.10.2017

Il est évident que la surfréquentation c'est ce qui risque de poser problème, on le voit déjà bien assez dans la périphérie des zones urbaines comme Grenoble ou arrivent régulièrement des problèmes sur certains sentiers surfréquentés.

Je m'interroge beaucoup aussi en voyant ce genre de sujet sur le forum Autonomie VAE, on sent bien que l'auteur se projette sur des parcours qu'il ne ferait pas en temps normal. Le VAE va ouvrir des portes que certains n'auraient jamais franchis avec le risque de débordement que cela peut engendrer.

A suivre mais je ne suis pas certain que nous pourront lutter efficacement contre ces débordements face à aux enjeux économiques qui poussent les fabricants.
En tout cas, comme certains ici, je suis agacé de voir la pratique du VTT se limiter a celle que donne la compétition, et plus particulièrement les enduros qui empiètent de plus en plus sur notre domaine de jeu.

» Par Pïerre, le 04.10.2017

"Le VAE va ouvrir des portes que certains n'auraient jamais franchis avec le risque de débordement que cela peut engendrer."

Personnellement je ne porte aucun jugement de valeur sur le VAE, il y en a qui aiment pédaler, sont tous fiers de faire 2000, 3000 ou 4000 dans la journée, d'être sur le vélo là où d'autres sont déjà en train de pousser et qui sont prêt à investir du temps et de la sueur pour y parvenir. D'autres s'en foutent complètement et sont uniquement dans une pratique plaisir peu importe les calories dépensées. Donc je n'aime pas trop le terme de "débordement" concernant le VAE qui ne cause individuellement pas plus de problème qu'un VTT classique.

Par contre c'est certain que le VAE va faire exploser la pratique du VTT hors site dédiés et sur sentiers pédestres avec également un explosion des interdictions. Je préférerais évidemment qu'il n'y ait aucune interdiction, ni VTT ni VAE, mais à tout prendre je préfère des interdictions sélectives uniquement pour les VAE. Une récupération des VAE par la FFC ne va pas il me semble dans le sens d'interdictions sélectives. Si sur certains sites la fréquentation devient vraiment problématique, les autorités ne se poseront pas de questions, elles mettront VTT et VAE dans le même sac à fortiori si les 2 sont gérés par la même fédération.

» Par bens, le 04.10.2017

elles mettront VTT et VAE dans le même sac à fortiori si les 2 sont gérés par la même fédération
Je ne crois pas que la fédération soit un critère "juridique" qui justifierait une différenciation.

Du point de vue code de la route, les choses sont claires : VAE = vélo (tant qu'il s'agit d'un VAE homologué et bridé à 25kms/h). Donc théoriquement une route ou une piste cyclable ne peut pas être autorisée aux vélos et interdite aux VAE.

Maintenant pour ce qui est des sentiers, on est un peu dans la zone grise et ça va tâtonner tant qu'il n'y aura pas de jurisprudence claire.

Sinon je suis tout à fait d'accord avec toi : si interdiction il devait y avoir pour cause de surfréquentation, ça me semblerait le moins injuste d'écarter d'abord les vélos motorisés.
Mais je suis assez pessimiste, je ne vois pas les maires et responsables de parcs commencer à chipoter entre les deux, ça sera probablement interdiction pour les deux...

Je m'interroge beaucoup aussi en voyant ce genre de sujet sur le forum Autonomie VAE...
Oui je pense qu'il y a un risque avéré d'une certaine dérive pour certains : plus grosse batterie, plus de gros pneus, plus de débattement, etc...

Et j'espère pour l'avenir de la rando pédestre et du ski de rando qu'on va pas inventer trop vite des "exo-squelettes de loisir" :-)

» Par jjbi, le 04.10.2017

Du point de vue code de la route, les choses sont claires : VAE = vélo
Ben, pas vraiment du tout :

Article R. 311-1 du code de la route français :
6-10. Cycle : véhicule ayant au moins deux roues et propulsé exclusivement par l'énergie musculaire des personnes se trouvant sur ce véhicule, notamment à l'aide de pédales ou de manivelles.

6-11. Cycle à pédalage assisté : cycle équipé d'un moteur auxiliaire électrique d'une puissance nominale continue maximale de 0,25 kilowatt, dont l'alimentation est réduite progressivement et finalement interrompue lorsque le véhicule atteint une vitesse de 25 km/h, ou plus tôt si le cycliste arrête de pédaler.

Le terme cycle désigne par conséquent en France tous les véhicules sans moteur ayant 2 roues ou plus, comme les Bicyclettes, les tricycles, les vélomobiles, les quadricycles (par exemple les rosalies), à propulsion humaine, c'est-à-dire un moyen de locomotion mu par l'unique force musculaire du conducteur et/ou ses passagers.
Ne pas confondre avec le cycle à pédalage assisté qui désigne par conséquent en France tous les véhicules, de type vélos électriques disposant d'une assistance.
La loi et l'esprit de la loi...
La réglementation européenne sur laquelle se base les promoteurs du VTTAE pour l'assimiler à un VTT, ne concerne que la question de l'homologation sur route et des exceptions:

http://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/HTML/?uri=CELEX:32002L0024

Dans la liste des exceptions, il y a aussi des tracteurs etc...
Donc assimiler le VAE à un VTT sur la base de cette directive européenne est aussi faux que d'assimiler un tracteur à un VTT. De plus, cela ne concerne que la circulation sur route, et non la circulation en espace naturel.
Donc non, un VAE n'est pas un VTT en ce qui concerne sa présence sur les sentiers en espace naturels.

Le fait est que la loi et l'esprit de la loi sur la circulation en espace naturel - qui interdit la circulation à tout véhicule motorisé - part du principe que seule l'énergie musculaire humaine permet de réguler (naturellement) la fréquentation des espaces naturels et donc de les protéger. Ce n'est pas qu'une question de nuisance sonore ou de gaz d'échappement, loin de là.

Je ne comprends même pas le discours décrétant qu'un vélo avec un moteur n'est pas un véhicule motorisé. Ça me dépasse totalement, même si plus rien ne m'étonne dans ce domaine.

Evidemment, les enjeux commerciaux sont énormes et la société favorisera toujours la vision (démagogique) à cours terme à la protection de l'environnement, rien de nouveau sous le soleil.
En attendant, ça commence à être du grand n'importe quoi sur les sentiers, c'est déjà la fête à neuneu.

» Par brunobf, le 04.10.2017

C'est très intéressant ce que tu dis "jibi".
Donc il y aurait une différenciation possible. Mais je suis d'accord avec Bens : je vois mal une mairie faire une différence entre VTT et VTTAE.
Mais sait-on jamais ?

» Par Florent, le 04.10.2017

Faudra qu'on m'explique en quoi l'assistance au pédalage aide aussi pour le pilotage, donc la pratique sur sentier.
De ce qu'on voit sur le terrain, les débutants montent sur le vélo sur piste, et descendent à pieds sur les sentiers dès que ça dépasse T1+/T2 (ou font demi-tour) , ou est le problème ?!

Le VAE est carrément supporté par nombre de gestionnaires d'espaces naturels pour cette raison, ça va dans le sens d'une démocratisation de l'accès (autrement que en voiture très prisée par les marcheurs). Et oui il y a des enjeux commerciaux là aussi, comme le remplissage des hebergements/refuges etc...

» Par jjbi, le 04.10.2017

Les débutants ....
et tous les autres ??
http://www.rocazur.com/fr/les-courses/electrique

» Par AlainVDL, le 04.10.2017

Tout a fait Florent, il faut suivre l'argent et on sera rapidement vers ou va pencher la balance ...

» Par Florent, le 05.10.2017

Un pratiquant de VTT musculaire qui passe au VAE : quel est le problème ? Au contraire pour bon nombre de pratiquants assez agés ici, je prédis un passage au VAE pour bon nombre (je m'inclut dans le lot, mais vraiment pas pour tout de suite).

Si on veut interdire les compétitions, il faut le faire aussi en trail, escalade, ski de rando... (voire même dans les espaces naturels ou c'est parfaitement autorisé alors que le VTT ne l'est pas, ex Chamonix...)
Je vois pas le rapport avec le VAE.

» Par Le ded, le 05.10.2017

"je prédis un passage au VAE pour bon nombre "
Entièrement d'accord Flo et je dirai même que le fait de rouler VAE avec des gens en vtt musculaire, dope ceux ci à franchir le pas plus rapidement.

» Par bens, le 05.10.2017

"je prédis un passage au VAE pour bon nombre "
Entièrement d'accord Flo et je dirai même que le fait de rouler VAE avec des gens en vtt musculaire, dope ceux ci à franchir le pas plus rapidement

Vous êtes militants ou représentants en vélo électrique ? :-)

Je ne viens (malheureusement) que ponctuellement rouler en montagne donc j'ai forcément pas pas la même vision que vous.

Mais pour moi il n'y a rien d' "inéluctable" à passer un jour à l'électrique. Sauf handicap médical majeur, si c'est juste pour les effets de l'âge je me vois plutôt réduire les distances et le D+, en prenant plus mon temps.

C'est presque une question philosophique, je trouve que passer à l'électrique c'est mettre le doigt dans un engrenage (sic...) qui ne me plait pas.

D'ailleurs il ne me viendrait pas à l'idée de pratiquer le ski de rando ou la rando pédestre "avec assistance" si un système le permettait.

» Par christophe, le 05.10.2017

beaucoup d’écriture mais qui pratique vraiment ?
Alors moto ou vélo, c'est très clairement un vélo.
Pour ma part, je ne fais plus que ça et j’emmène des gens avec. Et il n'y aura pas de probleme de surfréquentation car vous oubliez, pour certains, une données essentielle : la technique.
Je suis contraint de faire du grand chemin large et facile car dès qu'il y a un peu d'obstacles ou de pente, les gens ont peur de tomber et passent à pied.
Ça ne va pas révolutionner le VTT et mettre du monde en vélo partout, ça va juste permettre à des gens comme moi de continuer leur pratique après un accident, ne pouvant plus faire que ça.
L'effet de mode va passer, les gens vont se rendre compte que ça reste du vélo et qu'il faut quand même pédaler pour avancer. Ceux qui n'y allaient pas en VTT n'iront pas plus en VTTAE.
Pour la compétition, vous avez raison, les plus fort physiquement gagneront.

» Par Etienne-H-, le 05.10.2017

"Alors moto ou vélo, c'est très clairement un vélo."
Non, ni l'un ni l'autre.

"Je suis contraint de faire du grand chemin large et facile car dès qu'il y a un peu d'obstacles ou de pente, les gens ont peur de tomber et passent à pied."

Je suis pas certain que les Pivot Shuttle, Rocky Mountain Powerplay, ou autre Specialized Kenovo ne soient fait pour rouler que sur des pistes forestières...

» Par AlainVDL, le 05.10.2017

Pour l'instant le seul frein naturel que je connais a l’essor du VAE en montagne reste le portage ...

» Par JB74, le 05.10.2017

"Je suis pas certain que les Pivot Shuttle, Rocky Mountain Powerplay, ou autre Specialized Kenovo ne soient fait pour rouler que sur des pistes forestières..."

Les vélos non, mais sans pilote, le vélo ne fera pas grand chose. C'est ce que dit Christophe je crois, et ce qui a été dit plus haut par Florent : "De ce qu'on voit sur le terrain, les débutants montent sur le vélo sur piste, et descendent à pieds sur les sentiers dès que ça dépasse T1+/T2 (ou font demi-tour)"

A moins que tout ceux qui louent des VTTAE se mettent au sport régulièrement et développe donc leur technique, la sur-fréquentation sera limitée à certains itinéraires qui ne sont pas forcément nos terrains de jeu. Par contre, va falloir s'habituer à se faire doubler ou croiser du monde sur les pistes de montée.

» Par Le ded, le 05.10.2017

"va falloir s'habituer à se faire doubler sur les pistes de montée" et les sentiers techniques et/ou raides. Je t'en assure :lol:

» Par Etienne-H-, le 05.10.2017

@JB: vous confondez 2 choses:
- La clientèle pépère: location en station, âge mûr, demoiselle et dames qui peuvent suivre leur mâle avec l'AE
- La clientèle qui est issue du VTT enduro, à qui se destine les machines précitées, par vraiment conçues pour aller au pain.

» Par christophe, le 05.10.2017

Oui, mais la deuxième catégorie, ils sont déjà sur les traces.
Il n'y aura donc pas plus de monde, pas de surfréquentation.
Ils ne descendront pas plus vite et ne dégraderont pas plus les chemins. Ni moins.
Pour tous ceux qui trouve que ce n'est pas du vélo, utilisez un VTTAE pendant quelques sorties, vous changerez d'avis.

» Par Etienne-H-, le 05.10.2017

Pour tous ceux qui trouve que c'est du vélo, utilisez un VTT pendant quelques sorties, vous changerez d'avis ;)

(On pourrait échanger longtemps sur la fréquentation/ retentissement sur les sentiers mais c'est pour le moment embryonnaire et je ne soihaite pas rentrer dans ce débat là. Pour faire court disons que si artifice me permet de monter 2 fois plus vite que sans, j'userai 2 fois plus le sentier que j'aurai pu faire 2 fois dans le même temps)

» Par MisterE, le 05.10.2017

Tout le monde a un peu raison
Ne pas oublier que les gens qui pratiquent progressent aussi et le T2 deviendra T3, T4... ils sont comme vous et moi ;)

» Par Le ded, le 05.10.2017

- "Les nouveaux VTT électriques redéfinissent l’usage du VTT."
- "Les passionnés pourront aller plus loin, plus vite, plus haut, en souffrant moins"
- "L’usage du VTT (AE) se rapproche de l’enduro en moto, vraiment cette fois"
- "On y retrouve une partie du plaisir de la moto, sans les inconvénients, avec la sensation de faire du sport et sans arrière pensée environnementale négative"
- "Les formes les plus engagées du vtt étaient déjà un moyen de retrouver les plaisir de la moto tout-terrain à moindre frais, la motorisation électrique devrait accentuer ce phénomène, il ne faut pas se mentir."
- "La montée va donc cesser d’être une souffrance, écartant ainsi le vélo d’une partie de sa «culture» initiale héritée du cyclisme. Donc séduire de nouveaux adeptes."

Source

» Par christophe, le 05.10.2017

ça n’empêchera pas ceux qui font très rarement du vélo d'avoir mal au chtroumph au bout de 15 bornes et ils se rappelleront pourquoi ils n'en fesaient pas.
VTTAE ou VTT tout court, la montagne restera une pratique élitiste..
Et rappelez-vous que si vous n'appuyez pas sur les pédales, et mettez l'assistance toujours à fond, vous de ferez pas 20 bornes.
Personne n'en parle dans les essais. On ne voit que des betes de sport envoyer comme des dieux.
Mais quand y a plus de batterie, vous regrettez votre VTT tout court.
ET quand il va falloir changer la batterie ... $$$$$
J'ai fait mes choix en connaissance de cause mais je ne vois jamais ces arguments.

"Les nouveaux VTT électriques redéfinissent l’usage du VTT." : NON, je continue de faire comme avant
"Les passionnés pourront aller plus loin, plus vite, plus haut, en souffrant moins" : Presque, quand ils vont devoir pousser le vélo, ils irons moins haut.
"L’usage du VTT (AE) se rapproche de l’enduro en moto, vraiment cette fois" : J'ai jamais fait de moto donc je ne sais pas.
"On y retrouve une partie du plaisir de la moto, sans les inconvénients, avec la sensation de faire du sport et sans arrière pensée environnementale négative" : Je ne sais pas, mais il y a sans doute une grosse différence pour l'autonomie.
"La montée va donc cesser d’être une souffrance, écartant ainsi le vélo d’une partie de sa «culture» initiale héritée du cyclisme. Donc séduire de nouveaux adeptes." : Je suis d'accord.

» Par Guig74, le 06.10.2017

Perso, quand je suis sur les chemins que je fréquente habituellement, ceux-ci sont toujours aussi déserté par les VTT, qu’ils soient électrique ou non.
Les seules endroits où j’ai observé un changement notable sont les lieux touristiques où les vélos sont majoritairement loués et où il existe un balisage officiel pour VTT voir des itinéraires réservés et spécialement aménagés.
Et je pense que le seule gros boom ne restera que dans ces lieux précis qui sont finalement pas trop fréquentés par nos pommes.
Ailleurs, le changement restera je pense marginal et ne devrait pas spécialement impacter la pratique musculaire intégrale.

Seul inconvénient de ce type d’évolution et même si le VTTAE reste considéré comme un vélo, si les lieux touristiques proposent de plus en plus d’itinéraires de pratique séparés, cela risque de se généraliser et donc on peut en revenir à l’interdiction du VTT hors itinéraires séparés…

Donc quoi, qu’il en soient, le VTTAE reste une plaie pour le VTT :P
CQFD.

» Par JB74, le 06.10.2017

"les lieux touristiques proposent de plus en plus d’itinéraires de pratique séparés"

Séparer qui et quoi ???

» Par Florent, le 06.10.2017

Assez d'accord avec ce qui a été dit avec mesure !
Je ne partage pas nombre de points de l'article de de codezero, (je n'ai pas de vécu moto).

"monter 2 fois plus vite que sans, j'userai 2 fois plus le sentier que j'aurai pu faire 2 fois dans le même temps"
Quand on voit le nombre de sentier qui manquent de passage/entretien il y a de la marge.

Ceux qui étaient accessible par gravité ça ne change rien : bilan C02 bien meilleur que de remonter en navette.

Effectivement, il faut se méfier de la ségrégation des usages. (IE Balisage spécifique ET interdiction, ce qui reste rarement le cas.
Se méfier aussi de la caricatures des impacts du VTTAE, qui en fait en partage l'immense majorité (sinon la totalité) avec le VTT musculaire (seule nouveauté pouvoir remonter plus de sentier en VTTAE et encore, c'est du pilotage).

... qui auraient exactement les mêmes impacts d'interdiction coté VTT musculaire, c'est pour cela qu'à la MBF on se positionne ainsi.

Enfin l'assistance electrique, c'est comme les suspensions, le freinage à disque, les protections..autant d'évolutions qui a un moment donné ont fait couler beaucoup d'encre avant d'être complètement intégré dans la culture vélo, y compris de montagne.

» Par Le ded, le 06.10.2017

Qui a dit que la FFC ne considérait le VAE que pour les compétitions ?

https://www.ffc.fr/actualite/la-federation-francaise-de-cyclisme-ouvre-ses-activites-de-loisirs-au-velo-assistance-electrique-vae/

» Par LGY, le 08.10.2017

Je pratique sur Bivouak le vtt depuis longtemps, et maintenant le vttae, mais je me permets de m'incruster dans votre débat.
Déjà il faut faire la différence entre les vttae homologués, ou pas. Homologué c'est 250 W max, et une assistance jusqu'à 25 KM/H. Donc le comparer à une moto ?
Pour ma part je monte sur piste entre 8 et 15 KM/H selon que j'utilise eco ou tourer. Ce qui vous mettrait, les kdor, entre 10 et 20 (attention quand même à l'autonomie). En revanche en descente, sur single, çà va plus vite mais pas plus, pas moins qu'en vtt classique. Donc je ne vois pas ni une détérioration, ni mise en danger d’autrui supplémentaire.
Mais c'est vrai que le plaisir prend plus de place que la souffrance. Une pastille bleu (le vrai terme me semble être interdit sur votre site : pas membre) en quelle que sorte ! Du coup çà vous laisse de l'énergie pour toute autre activité partagée. Pourquoi cramer son énergie égoïstement ?
Pour ce qui est de l'augmentation de la fréquentation. Sans doute. Mais pour beaucoup çà restera effectivement estivale, et pas loin des contrées touristiques. A chacun sa nature. Certains la considèrent n'appartenir qu'aux chasseurs ou aux berger. Ou placer la limite ?
Enfin je voudrais rassurer les adèptes du vvtM, capables de monter vtt à l'épaule pendant 2000m+, tout çà pour redescendre sur des singles pas plus badant que ceux des contreforts de notre Chartreuse, et par là même rassurer aussi les randonneurs de haute montagne, ce ne sont pas les vttaeistes qui viendront vous déranger.
Trop lourd ...

» Par Le ded, le 08.10.2017

"Ce qui vous mettrait, les kdor...Pourquoi cramer son énergie égoïstement ?"
Jaloux et dédaigneux, nul en orthographe en plus. Tu cherches le troll ?

"capables de monter vtt à l'épaule pendant 2000m+, tout çà pour redescendre sur des singles pas plus ba(n)dant que ceux des contreforts de notre Chartreuse"

Avec des remarques de la sorte, pas sûr que l'on se croise un jour :lol:
Si la Chartreuse offrait de si beaux sentiers, je me demande bien pourquoi les chartrousiens que je connais vont rouler ailleurs ?

"ce ne sont pas les vttaeistes qui viendront vous déranger.
Trop lourd ..."
La Sassière a été faite en VTTae donc sur le même terrain que les randonneurs de la Montagne.
Monté à Basse Montagne depuis la Grenonière, ce jeudi en vttae pour rouler les lacs (noirs, fourchus).

Trop lourd ? pas pour tous.
Il y a une dizaine d'année, un gars a fini la Transvé avec un vélo de DH (20kg). Pour certains, tout est question de volonté.

» Par lancetre, le 09.10.2017

Pratiquant le VTT depuis 35 ans avec mon épouse(plusieurs VTT Profist, Marin, Sunn ,Wheeler ,,Trek ,Decathlon ,Cannondale, Lapierre )principalement sur des chemins non balisés où nous croisons rarement des VTTistes, les 65 ans que nous portons aujourd'hui avec quelques problemes de santé, nous ont incité à passer au VTTAE. Nous avons certes "rajeuni" de 10 ans et pouvons continuer à pédaler (car oui il faut pédaler sinon pas d'assistance!!! et c'est pour ça que ça restera un Vélo VTT) et savourer les beautés de la nature dans le silence.
Je donne RDV dans 20,30,40 à tous ceux qui polémiquent pour entendre ou lire leurs commentaires.
Que vous soyez descendeurs avec plastron, coudières, genouillères, randonneur, porteur de VDM, compétiteur, continuez à pédaler...et pensez que seul votre comportement a décidé et décidera des prochaines interdictions.
Salutations

» Par bens, il y a 9 jours

Je donne RDV dans 20,30,40 à tous ceux qui polémiquent
Relis bien tout ce qu'il y a ci-dessus, personne ne polémique (c'est un exploit d'ailleurs :-) )

VTTAE ou pas VTTAE c'est un choix personnel que personne ne remet en cause (je suis juste surpris que certains pro-VTTAE qui comme toi semblent juger inéluctable le passage du sec à l'électrique comme si c'était une quasi-obligation :-) )

Par contre on est nombreux à s'inquiéter de l'impact du développement de l'électrique dans les zones où il y a déjà des problèmes de fréquentation.
Le comportement des utilisateurs de sentier peut avoir un impact mais c'est principalement le niveau de fréquentation qui soulève les problèmes et les interdictions.

Perso je ne suis pas super à l'aise avec l'idée de MBF (dont je suis adhérent) d'inclure l'électrique dans leur démarche mais je suppose qu'ils en ont débattu et qu'ils ont tranché donc il n'y rien à y redire.

L'avenir dira qui a raison, j'espère au moins qu'il n'y aura pas de débordement chez les pratiquants et fabricants de VTTAE qui le ferait dériver vers la moto électrique...

» Par Le ded, il y a 9 jours

"Perso je ne suis pas super à l'aise avec l'idée de MBF (dont je suis adhérent) d'inclure l'électrique dans leur démarche mais je suppose qu'ils en ont débattu et qu'ils ont tranché donc il n'y rien à y redire."

Très simple à comprendre. Tribe Sport et Race Co sont les principaux mentors de MBF et aussi importateurs/revendeurs d'ebikes (Rocky mountain, AVE)

"je suis juste surpris que certains pro-VTTAE qui comme toi semblent juger inéluctable le passage du sec à l'électrique comme si c'était une quasi-obligation :-) "

Pour ma part, avec l'âge, j'ai de plus en plus de mal pour assurer le dénivelé que je faisais avant. Comme je ne veux pas me cantonner à des sorties light, le VTTae me semble la solution pour "tourner" comme avant, voire même un peu plus qu'avant (testé et validé pour ma part). :lol:

» Par bens, il y a 9 jours

le VTTae me semble la solution pour "tourner" comme avant
Certes, mais l'autre solution c'est de faire comme on fait à ski de rando = en faire moins...
(du moins tant qu'on n'a pas inventé de ski à chenillette électrique, beurk :-) )

» Par Le ded, il y a 9 jours

Je laisse tomber le ski de rando pour ma part pour tourner en Fatbike. Et donc bientôt en eFatBike bien entendu :lol:

» Par Miche, il y a 7 jours

Pourquoi ne pas se tourner vers la FFCT : Pas de compétition, une pratique randonnée, en phase pour les nouveaux pratiquants

Editer Ajouter un commentaire







HTML interdit. BBCode Autorisé.