Ski
Accueil > Articles > Santé > L'enfant, l'adolescent et le VTT : Aspects médicaux.

L'enfant, l'adolescent et le VTT : Aspects médicaux.

Par JBF, le 26.09.10

Quel parent VTTiste ne rêve-t-il pas de rouler avec sa jeune progéniture ?
Et aussitôt de se demander si cela est bien raisonnable, si le cœur du chéri ne va pas lâcher dans la première montée.
Mais les risques spécifiques liés à la pratique du VTT chez les jeunes ne sont pas là où on les attend généralement.

Le risque cardio-vasculaire chez l’enfant et l’adolescent :


Dans cette tranche d'âge, l'exercice physique, quel qu'il soit, est sans danger pour un organisme sain.
Les rares problèmes rencontrés ne peuvent être que le révélateur d'une pathologie cardio-vasculaire sous-jacente. Parmi les plus fréquentes :
-> Anomalie du muscle cardiaque lui-même (myocardiopathie hypertrophique)
-> Anomalie d'une valve cardiaque
-> Anomalie du rythme ou de la conduction cardiaque (dysplasie arythmogène du ventricule droit, syndrome de Wolff Parkinson White, syndrome du QT long, syndrome de Brugada).
-> Anomalie artérielle (Maladie de Marfan).
En pratique:
1. L'enfant présente des anomalies cardio-vasculaires connues depuis la prime enfance. C'est le cardio-pédiatre qui donne l'autorisation de pratiquer ou pas.
2. L'enfant ne présente pas de problème connu. Demander au médecin traitant son avis. Il peut s'appuyer sur un avis spécialisé en cas de doute, notamment petit "souffle au cœur" fréquent et le plus souvent bénin, dit anorganique.

Les risques spécifiques liés à la pratique du VTT chez les jeunes :


Il faut distinguer les risques encourus au cours d’une sortie et ceux engendrés par la pratique prolongée du pédalage.

Au cours d’une sortie


on se méfiera particulièrement de :
1. La déshydratation, qui survient plus rapidement que chez l'adulte pour une simple raison de masse corporelle.
2. L’hyperthermie pour la même raison.
3. L’hypoglycémie, les réserves glucidiques étant faibles dans cette tranche d’âge.

Les risques traumatiques, notamment traumatisme crânien, ne sont pas spécifiques à l'âge.
Il n'y a, à ma connaissance, aucune étude statistique démontrant qu'il existe un sur-risque chez les jeunes. Néanmoins, l'enfant a une perception du danger qui n'est pas toujours celle de l'adulte, on en tiendra compte.

En pratique, il faut faire preuve de bon sens :
-> rester à l'écoute de son enfant, lui proposer fréquemment de boire, l’alimenter souvent en sucres rapides.
-> être attentif à l'hostilité de l'environnement : température, ensoleillement.
-> respecter des plages de récupération
-> Bien "canaliser" les enfants téméraires

Le risque musculo-squelettique lié au pédalage:


Le VTT est un sport porté qui impose peu de contraintes.
Néanmoins, l'appareil locomoteur n'est pas mature, mal adapté à l'effort violent et/ou prolongé. Il est exposé aux apophysites sorte de "tendinites", qui touchent surtout les genoux (maladie d'Osgood Schlatter) et les talons (maladie de Sever).
Pour les prévenir il faut varier les activités sportives pour varier les sollicitations.

En conclusion :


La pratique du VTT est donc tout à fait possible chez l’enfant et l’adolescent.
Elle constitue une source de découverte, de jeu, de plaisir.
Le VTT peut être un prétexte à découvrir la Nature, un moyen d'autonomisation également.
Il permet l’acquisition précoce d’équilibre, de lecture de terrain.
Avant la puberté, on conseille néanmoins de privilégier, des activités proches du VTT, plus ludiques et moins éprouvantes de type BMX ou trial. L’enfant se construira un bagage technique précieux pour l’avenir.
A partir de la puberté, on peut lancer l’ado dans des sorties plus hardcore, qui développeront l’endurance, et le goût de l’effort.

Commentaires

Merci JBF.
J'ai la réponse à mes questions ;) [Le ded, le 26.09.10]
Euh, le risque de chutes chez l'enfant on n'en parle pas ...!? (mode humour on)
Parce que d'un point de vue médical, le premier risque en vtt, et qui n'est pas à négliger je pense, c'est la chute et les lésions qui en découlent !
Or, pour un enfant, ça n'a pas la même incidence que chez l'adulte : Il n'est pas ni habitué, ni préparé à la chute et beaucoup plus exposé/sensible donc !
Personnellement, c'est ma "hantise" quand je sors avec mes garçons de 8 ans, notamment quand on commence à évoluer dans un terrain assez accidenté, rochers, racines, exposition plus ou moins délicate ! (pour ex, la dernière chute toute banale a fini avec un menton recousu !)
On peut aussi se dire que c'est le métier qui rentre mais bon, c'est tout le problème d'une activité risquée mais vite abordable par des enfants !
Je trouve que le vtt est un sport dont la pratique est très piégeuse et requiert donc une attention permanente, une expérience indispensable (qu'il faut bien acquérir au début d'où le risque de chutes important !), associée à une "maîtrise" de son vélo, bref que des éléments que l'enfant peut avoir du mal à gérer, même si globalement ça se passe plutôt bien !
Bien sûr, tout le reste cité n'est pas à négliger, mais se gère plus facilement, alimentation, effort, etc.
Qu'en pensez-vous ? [jeanluc, le 27.09.10]
Le risque de traumatisme ne me semble pas plus élevé sur un sentier à VTT que sur un terrain de football (pour prendre l'exemple d'un sport très répandu). J'ai pratiqué 20 ans chacune de ces 2 activités : le nombre de blessures que j'ai subies sur les terrains de foot a été sans commune mesure avec celles que m'a infligé mon VTT.

A partir du moment ou un gamin pratique un sport, le risque de blessure existe et il faut l'accepter. Selon moi, l'avantage de les faire commencer jeune est de justement leur apprendre à tomber et à bien gérer l'équilibre. Cela fait partie des bases. Maintenant il faut y aller progressivement et adapter les itinéraires à leurs capacités.

Donc pour résumer, je ne trouve pas que mon fils prenne plus de risque de traumatisme à VTT que s'il faisait un sport collectif (foot/rugby/hand/basket etc...) [Phil'Ô, le 27.09.10]
@ Jean-Luc :
Si le risque traumatique par chute existe à l'évidence chez l'enfant, je n'y vois aucune spécificité liée à l'âge.
...Sauf peut-être une moindre perception du danger et un éventuel sur-risque cranio-cervical dont je n'ai pas trouvé de trace statistique
Merci pour ton avis critique
--> je modifie sous peu. [JBF, le 27.09.10]