Ski
Accueil > Articles > Récit > Raid Die-Gap 2007

Les derniers au départ on vous dit...
Les derniers au départ on vous dit...
Y'a un bouchon. On en profite pour faire les cakes pour la photo !
Y'a un bouchon. On en profite pour faire les cakes pour la photo !
Petite vire surfréquentée avant le tunnel
Petite vire surfréquentée avant le tunnel
Euh... c'est par où maintenant ?
Euh... c'est par où maintenant ?
Valdrôme en vue (col de la Caille, km 61)
Valdrôme en vue (col de la Caille, km 61)
Avant le départ de Valdrôme (J2)
Avant le départ de Valdrôme (J2)
Bucolique et rupestre (fontaine de l'Aup, km 12)
Bucolique et rupestre (fontaine de l'Aup, km 12)
Entre Valdrome et Lus, ça roule...
Entre Valdrome et Lus, ça roule...
Montée boueuse au col de Lauteret (J3)
Montée boueuse au col de Lauteret (J3)
Au dessus de Super-Dévoluy : Nico toujours content !
Au dessus de Super-Dévoluy : Nico toujours content !
Le Dévoluy vu depuis la montée au Noyer
Le Dévoluy vu depuis la montée au Noyer
Un encouragement de notre fan-club au-dessus de Laye en Champsaur. Bientôt Gap !
Un encouragement de notre fan-club au-dessus de Laye en Champsaur. Bientôt Gap !

Raid Die-Gap 2007

Par ManuPak, le 22.05.07

Bon, pour l'inauguration de VTTour, et avant de passer en mode "clowneries" avec mon pote Pierrot, un petit récit qui fait mal aux jambes.

Tout ça c'est la faute à Nico de St Seb. Jusque là bien tranquille avec des petites boucles qui font pas mal à mon joli Lapierre, voilà-t-y pas que le Nico m'embarque dans le Raid Die-Gap 2007 (http://www.raid-vtt.fr) : au menu, 220 km et plus de 7000 m de D+ en 3 jours. Calmez-vous les groupies, on ne l'a pas fait en mode "Elite" (compétition).

Et voilà le ManuPak qui va bosser en vélo (Seb j'ai un joli crédit de points mazout maintenant), qui mange des pâtes trois fois par jour, qui prend une dépression en regardant le tracé sur les cartes. J'en cause autour de moi, et on m'arrose de terme genre "foncier", VO2 max, "drainer le lactique". Ma conception de l'effort c'était jusque là "mal nécessaire avant la descente, et bonnes binouzes le soir". Pas grave, je vais leur prouver la puissance de l'amateurisme.

Le grand jour arrive finalement. Au risque de décevoir mes innombrables admiratrices, je dois avouer une certaine angoisse devant la tache à accomplir.

18 mai - Die-Valdrome

Après la flotte de la veille, grand beau au départ à Die. Petite nuit tourmentée + énorme petit dejeuner = en retard au départ, nous sommes très exactement les derniers du peloton (400 vttistes). Ca part très fort cette histoire... On retrouve Mick et Serge, deux copains de Grenoble qu'on ne quittera pas de la rando.

Le début est bien cool et roulant, les 30 premiers kilomètres jusqu'à Chatillon en Diois passent bien. Même pas mal.

Ceux qui savent m'ont bien brieffé : faut manger. Bilan je déballe un Twix tous les 20 minutes, mais Nico reste admirablement patient. Bonne ambiance.

On attaque une jolie cote qui nous amène au premier passage expo : le tunnel des Gallands. Tout le monde pied à terre pour passer une petite vire l'un derrière l'autre. Suivent de jolis singles en forêt qui nous amènent au premier ravito, puis à Luc en Diois (km 42). Faut pas s'en mettre une, il y en a plusieurs dizaines derrière prêts à venir s'empiler...

A ce stade de l'aventure, je pulverise mon record de distance en VTT, et j'en suis qu'à la moitié du premier jour... Mon Nico est exemplaire pour trainer le boulet.

Ca repart à travers le Chaos du Claps (spot de grimpe), puis longue et chaude montée jusqu'au col de la Caille (km 61). Quelques dégats dans le peloton : crampes, hypo, coup de chaud, mais toujours bon esprit (faut croire que l'EPO ça met de bonne humeur). Entre temps, on a pu voir à un ravitaillement le résultat de la rencontre d'un Cannondale carbone avec une camionette de la Poste. Ambiance...

Je commence à être, comment dire..., pété de fatigue. On voit qu'on avance puisqu'au loin on distingue les crêtes du Dévoluy, dans une lumière magnifique. Il reste près de 20 bornes et plus de 500 D+. Je rentre alors dans une espèce de transe : montée sur le vélo, puis en poussant le vélo, je mange un abricot, je remonte sur le vélo etc...

Mais finalement, ça le fait : arrivée à Valdrome vers 17h. On est parti à 8h, donc ça fait plus de 9h pour faire 85 km et 2900 de D+. Je peut le dire maintenant : bien content !

Pascale nous fait l'assistance : c'est l'ange blond qui veillera sur nous. Elle nous rejoint de temps en temps aux croisements avec la route, et nous récupère à Valdrome pour se poser dans un petit gite. Au menu, binouze (obligé), Goulash, et pâtes bien sur...

19 mai - Valdrome-Lus La Croix Haute

L'étape "courte" pour récupérer : 46 km et 1800 D+.

Et bien le matin, pas tant pire pour les courbatures. On part avec un gros mental car la journée nous parait facile. Sauf que ça attaque direct par du poussage à la queue leu-leu dans des petits raidillons. Pour récompense, de gouteux petits singles forestiers qui nous amènent au col de Cabre (km 15).

Ca repart sur de jolies pistes forestieres au milieu de jolis petits villages bien retapés. On chemine vers le Nord (au pied des montagnes de Jocou et Toussiere qui bordent le Trièves au Sud), et encore une bonne bavante pour arriver au col de Vaunières (km 38).

Là je peux vous le dire : dans les jambes il y a deux groupes de muscles. Ceux qui servent en ski de rando, et ceux du vélo. Et chez moi c'est pas les mêmes, c'est sur...

Là ça sent l'écurie, et arrive à Lus moyennant 150 m à pied dans le Buech, loin d'être à sec ce jour là. Arrivée vers 14h30, c'est carrément les vacances.

20 mai - Lus-Gap

Last but not least. Petite nuit chez les copains du Trièves et départ à 6h30 avec les Elite (des Goldoraks qui font le même circuit en deux jours en continu, si si ça existe...)

Il fait humide et gris et j'ai pas le moral. Je m'appitoie sur mes petits douleurs (le cul, qu'est-ce que j'ai mal au cul...) mais Nico est super et me pousse (psychologiquement, j'ai ma fierté quand même) juqu'au col de Lauteret (km 14) qui nous permet de franchir les face Ouest du Devoluy moyennant un bon portage boueux.

Et là grosse descente d'extase à Mach 12 jusqu'à La Cluse (un peu au Sud du Festre). C'est majeur, et on se la joue Ushuaïa avec l'hélico de la télé qui nous tournait autour.

Bon fallait bien ça pour repartir parce que c'est pas fini : Le Festre, La Joue du Loup et St Etienne en Dévoluy avant d'attaquer le col du Noyer. On est en montagne, et c'est magique de traverser le Dévoluy en VTT. Petit caillante au Noyer (km 43) et descente par la route en supersonique pour attaquer le Champsaur. L'itinéraire a été un peu modifié au dernier moment parce que trop expo, mais on se régale sur un petit sentier suspendu dans les marnes au dessus de La Fare en Champsaur.

Tout le monde est cramé mais Gap est tout proche. On finit par une belle descente depuis le col Bayard qui nous amène en pleine ville. Retour à la civilisation vers 15h après 80 km et 2600 de D+.

The end

Merci à Nico de m'avoir entrainé dans ce délire. Du début à la fin c'est magnifique, souvent ludique en descente, et ça garde une super motivation pour affronter la distance.

Les paysages sont somptueux, et avec une météo radieuse, pas de casse matériel ni de grosse boîte, on ne peut rien demander de plus.

Respect à ceux qui font le Raid en "hard-core" : camping, douche et repas collectif le soir, bus à Gap pour revenir à Die.

Commentaires

Merci pour ton super article et pour les photos, ça met dans l'ambiance. Jolie perf ! [Jeroen, le 27.05.07]
Allez Manu, on s'y retrouve l'année prochaine ? [Sergio, le 29.05.07]
j'y étais moi aussi. Je me suis régalé. J'ai fait mon CR sur un blog : http://seb-enrouelibre.blogspot.com/ [Seb@stien, le 29.05.07]
Bien le recit.
Je fait partis de ceux que tu appel "les goldoraks" sur cette epreuve là et aussi de la ch'ti connection "les roses toujours en train de se marrer" d'aprés seb, c'est sympas de lire ça ! En tout cas c'est notre esprit VTT, du gros défis et du gros delire.
On y retourne cette année, mais plus nombreux !
A+ [dahu, le 25.03.08]