Ski
Accueil > Articles > Récit > La Carretera septentrionale ou une itinérance dans la nebbia des Vosges

La Carretera septentrionale ou une itinérance dans la nebbia des Vosges

Par brunobf, le 17.10.20

Cette année, comme une grande incertitude planait sur la possibilité ou non d'aller à l'étranger, on choisit la France pour nos itinérances. Du 4 au 10 octobre, on décide d'aller dans les Vosges et de commencer la traversée des Vosges en partant du début : de Wissembourg, à la frontière allemande.

C'est sûr qu'on pas été encouragé par les copains et la famille, mais ces dernières années, il fait beau en octobre ! on s'équipe quand même de pantalons de pluie et de surchaussures. Très bon investissement et très léger.

Je prévois de suivre en partie un tracé récupéré sur Utagawa (Traversee-des-Vosges-par-les-sommets sortie 11328). C'est un tracé plutôt exigeant mais j'ai aussi dans le gps le tracé officiel de la TMV (plutôt bien balisé) au cas où.

j'ai beaucoup de mal à trouver des sentiers référencés pour les descentes dans cette partie des Vosges. Ce n'est pas grave, le but n'est pas forcément la descente, mais plutôt de découvrir une région.

Jour 1 : Wissembourg à Obersteinbach par la TMV. (30 km, 800 m).
Nous partons de Rott, village agricole et viticole près de Wissembourg. 15 min et la pluie commence. au début une pluie fine pas gênante, puis plus forte. Une éclaircie nous permet de nous arrêter pour midi. 5 min au soleil puis à nouveau la pluie et on se met à l'abri dans l'abri du col de Litschhof. Les vosgiens font bien les choses : il y a parfois des abris aux points stratégiques(à croire qu'il pleut souvent ?). Quelquefois un petit single sympathique, et le plus souvent de belles pistes. L'arrivée à Obersteinbach se fait sous des trombes d'eau. on est rincés, mais tout va sécher dans la nuit à l'hôtel.

Jour 2 : Obersteinbach à Reipertswiller par la TMV (42 km, 1100 m)
Cette fois, on est moins optimiste et on s'habille pluie dès le départ. le combo surchaussures + pantalon est super. et avec la veste de pluie, ça va. Je choisis de suivre la TMV pour assurer le coup car je sais que le tracé est roulant. Malgré la pluie, le paysage est magnifique : de splendides forêts et de belles fermes. L'arrivée à Niederbronn se fait sous de trombes d'eau. Pareil, nous sommes rincés et on se met à l'abri pour midi dans une boulangerie qui fait à manger. on y restera le temps que la pluie cesse et qu'on soit à peu près sec. L'après-midi sera quasi au sec
des travaux sur la piste nous empêche de suivre la tracé. On prend alors un moment la route et on suit le GR (très agréable) de Rothbach en direction du Nord jusqu'à rejoindre le tracé avant Lichtenberg. Nuit à Reipertswiller.

Jour 3 : Reipertswiller à St Jean Saverne (40 km, 1050 m)
Aujourd'hui, je vais un mix entre la TMV, le tracé Utagwa et mon inspiration.
Petite montée sur route jusqu'au col au dessus de Wimmenau. Ensuite, un magnifique sentier (balisage jaune blanc jaune du Club Vosgien) jusqu'à Wimmenau.
Nous suivons la TMV jusqu'à La Petite Pierre, où nous mangeons à midi.
L'après-midi débute en suivant le tracé Utagawa en passant par le Rocher du Corbeau, un beau sentier (T3) pour en descendre jusqu'à la route en contrebas.
Le sentier qui suit est super. Il y a la rivière, le route et 20 m au-dessus le sentier (balisage triangle jaune du Club Vosgien). Avec une pente très raide entre le sentier et la route. Mais comme le sentier est facile, Sylvie le passe très bien. Je suis super content pour elle !
La suite se fera en suivant la TMV jusqu'à la Chapelle St Michel, au dessus de St Jean Saverne. Un sentier sympa pour descendre direct sur le village. Et là, nous dormons à l'hôtel Kleiber, dont nous avons rencontré par hasard le proprio la veille , en vtt près de Rothbach ! Et heureusement car j'avais fait une bourde dans mon tracé et il nous a évité de faire des km en trop en fin de journée !

Jour 4 : St Jean Saverne Wangenbourg (19 km 850 m)
Fait sur l'après-midi car Sylvie a un soucis avec sa selle téléscopique et nous trouvons un magasin (super) sur Saverne.
Là aussi, le tracé sera un mix.
De belles pistes, un beau single entre Saverne et l'abri du Gafelswassen, où nous papotons un moment avec des papis en balade. Rencontre bien sympa. De là, un sentier jusqu'au col de Valsberg et ensuite un joli single jusqu'à Steigenbach. Et pour finir, je préfère finir par une piste plutôt que le sentier montant jusqu'à Wangenbourg.

Jour 5 : on reste deux nuits à l'hôtel et on se fait une belle rando à pied autour du village.

Jour 6. Wangenbourg au Col du Donon (32 km, 1450 m)
Le temps est annoncé plutôt beau à partir de la matinée et nous sommes tout réjouis d'avance : on va pouvoir mettre le short !
Perdu ! on va se faire rincer toute la matinée !
Aujourd'hui, nous laissons la TMV et la laissons au Col des Pandours. On part à l'Ouest vers le Col du Donon. De belles grimpettes, du poussage sur sentier (mais pas long), de belles traversées jusqu'au refuge d'Altmatt (pas référencé sur les cartes). on est content de le trouver car on est trempés, il fait froid et l'auvent nous sera utile. Le refuge étant fermé cause COVID.
L'après-midi nous mène au Rocher de Mutzig, que nous atteignons par le sentier côté Est. Roulable à la montée. La descente côté Ouest est trop dure pour Sylvie (T3 bien tassé). A refaire, on descendrait par le côté Est.
J'opte pour le sentier des Bornes jusqu'à la braque carrée : mauvais choix car la descente sur l'abri est trop raide. on gagne pas à tous les coups..
On file vers le Col du Donon, où il est trop tard à notre goût pour faire la boucle du sommet. On chope un sentier et le GR5, puis la route pour arriver à l'hôtel.
Il y a beaucoup de monde et ça fait bizarre car depuis quelques jours, on se sent un peu tout seul !

Jour 7. on a la matinée pour descendre sur Schirmeck. mais il pleut et on file d'abord sur piste, puis sur route. on prend le train pour Strasbourg, puis pour Wissembourg. Comme il fait beau, on s'arrête plus tôt et navigue au milieu des champs et des vignes entre Soultz sous Forêt et Rott, où nous dormons à nouveau le soir.

Et là, à 2 km de Rott, du soleil !! Nous profitons pour la première fois depuis une semaine de la chaleur du soleil sur la terrasse du bar !

Malgré un temps peu clément, ce fut une super semaine. Tout d'abord parce que nous avons la chance d'être en vacances et de pouvoir en profiter. Avec un bon équipement et en dormant dans de bons hébergements, la pluie est supportable. Et à part la jour 6, nous avons été rincés seulement avant de nous mettre à l'abri à midi ou pour le soir.

Côté paysage, c'est sûr qu'il faut aimer la forêt. et elle est magnifique et plus variée qu'on ne l'imagine.

Côté vtt, il y a moyen de faire mieux. Jusqu'au Col du Donon, les Vosges sont vallonnées et on peut considérer que tous les sentiers se descendent (max T3 par ex). On peut imaginer faire les montées sur piste ou route et viser sur sentier pour les descentes ou les traversées. Au sud du Donon, mieux vaut certainement viser des sentiers référencés.

Coté hébergement, les refuges sont spartiates et étaient fermés cause COVID. Et en octobre, je voulais dormir au chaud et ne pas porter de bouffe. Les hébergements étaient tous différents, mais partout l'accueil était super. On a vraiment apprécié.
je les cite : Alsace Village à Obersteinbach, Hôtel La Couronne by K à Reipertswiller, Hôtel Kleiber à St Jean Saverne, Parc Hôtel à Wangenbourg, Complexe Veleda-Donon au Col du Donon. Et bien sûr la chambre d'hôte La Petite Vallée à Rott.

Le lien vers les photos :
https://photos.app.goo.gl/equpY1BNjgan2d3n7

il y a toujours Sylvie sur les photos. C'est normal, c'est moi qui ai l'appareil !

Bien entendu, je peux envoyer les traces sur demande !

Commentaires

Bravo pour l'engagement humide. J'ai ça depuis qqs temps dans les cartons mais plus avec un itinéraire par les sommets et les châteaux (Utagawa) en nomade.
Vous n'êtes pas passé par le camp de Struthof ?
Pour la descente de Mutzig, j'avais bien aimé car sec et aussi toute la partie autour du Mont St Odile.
La région demande qu'on s'y arrête et qu'on y revienne ! [Le ded, le 20.10.20]
Étonnant le choix de l italien pour un voyage en terre germanophone ;) [Etienne-H-, le 22.10.20]
Je parlerais même de référence hispanique ! [Seb-L, le 22.10.20]