VTTour > Blogs > Le trophée de Phil'Ô > VTT > Itinérance sur l'altiplan'Ô de la Gardetta


Affleurements de Gypses au Colle Valcavera

Stèle en hommage à Marco Pantani

Préparatifs au bivouac

Embrasement général

La mule est chargée

C'est parti

Madone de la Bandia. J'adore la symbolique de cette statue.

Spécial dédicace à Sanfroic

Colle Marghérina

Rocca la Meja

Des édelweiss pour maman

Long travers roulant où Danaé a pédalé toute seule

Le refuge s'approche, mais la piste est caillouteuse

La découverte de la chambrée

Nouveau crépuscule

Ciao bello rifugio

Rejoindre la piste par le sentier, c'est bien plus rigolo

Marmottes

Petite pause

Maëly profite du voyage

On s'approche de Rocca la Meja

Timothée aide sa sœur dès qu'il le peut

Colle Marghérina (retour)

Lac de la Meja

Récompense bien méritée

Vaches paisibles

Colle d'Ancoccia

Free-ride pour finir en beauté ce tour du plateau

Dimanche, retour à une végétation plus habituelle pour nous

Retour sur le Col de Braus

Itinérance sur l'altiplan'Ô de la Gardetta

Par Phil'Ô, le lundi 12 Septembre 2011 à 15:51 :: VTT :: rss

Comme chaque année à la même époque (juste avant la rentrée scolaire), je pars en montagne bivouaquer avec mes trois chérubins.

Cette année, au lieu d'un simple W.E rando + bivouac, ce sont 4 jours qui me sont offerts en leur présence exclusive. Je sais d'avance que cela ne va pas être du gâteau, car gérer 3 enfants "vivants" de 3, 6 et 9 ans sans l'habituel et précieux soutien de leur mère, c'est un sacré pari. Pari d'autant plus osé que cette année, l'accent est mis sur une nuitée en refuge avec approche et retour à VTT. Je vous passe également les détails de la logistique qu'il faut déployer pour assurer un minimum de confort à ces chères têtes blondes (doudou, rechange).

Pour ceux qui suivent habituellement mes pérégrinations familiales, la combinaison porte-bébé (pour la plus jeune) + élastique (pour Danaé 6 ans) ne surprendra plus, mais j'avoue encore avoir croisé un bon nombre de regards médusés aussi bien de la part de randonneurs que d'autres VTTistes lorsqu'ils me voient débouler sur mon VTT avec le porte-bébé et tirant Danaé. Timothée est suffisamment autonome et dégourdi à présent pour qu'il ne représente plus une préoccupation dans la préparation d'un tel voyage.

La destination : Le refuge de la Gardetta (2335 m)

J'étais passé à côté de ce magnifique petit refuge l'année dernière, sans y entrer et il m'avait laissé une bonne impression. Puis, j'ai lu la bonne critique que TiBougnat avait laissé lors de son raid. Hop, un coup de fil à TiBougnat pour avoir plus de détails et l'idée est validée.

En effet, le refuge est très propre, confortable et la table y est bonne. Même si en cette fin de saison l'eau commence à manquer (plus de douche possible), les gérants ont mis en place un système d'approvisionnement pour disposer de suffisamment d'eau courante pour se désaltérer et surtout se laver au gant de toilette. Mais cela n'aurait pas suffit sans un accès agréable et compatible avec les capacités d'une petite fille de 6 ans (même aidée à l'élastique) et les jambes d'un grand garçon de 9 ans sans aucune aide et avec un sac à dos qui doit bien avoisiner les 7 ou 8 kilos.

Le parcours :

Il faut donc des parcours faciles (Danaé n'est à l'aise que dans du T2), sans trop de dénivelée et si possible dans un cadre enchanteur. Les pistes militaires qui zèbrent l'altiplano de la Gardetta sont idéales pour cela.

Nous partirons donc du Col Routier de Valcavera pour rejoindre le refuge et au retour nous emprunterons le même trajet, à moins qu'un petit bonus ne soit possible (suivant la forme du moment).

Jeudi 8 septembre

La matinée est consacrée à la préparation des affaires et de la voiture. Nous quittons la France pour l'Italie vers les midi et nous arrivons au Col de Valcavera en fin d'après-midi. Pour ne pas tourner en rond en attendant l'heure du repas, nous prenons les vélos et faisons un rapide (mais tonique) Aller/Retour au Colle dei Morti pour y admirer le paysage et la très jolie stèle érigée en la mémoire de Marco Pantani. Retour au "spot à bivouac" et nous je prépare les tentes et le repas pendant que les enfants jouent et courent pour essayer d'attraper les marmottes qui pullulent.

Le crépuscule arrive assez rapidement et nous gratifie d'un embrasement généralisé du ciel. Les enfants sont fous de joie et vont se coucher en essayant de reconnaitre les constellations dont ils ont appris l'existence à l'école... dont la fameuse casserole nounours !!!

Vendredi 9 septembre : Le voyage commence

Itinéraire suivi : Colle Valcavera > Colle della Bandia > Colle Marghérina > Colle di Salsas Biancas > Refuge de la Gardetta : Km 12,7 / D+ 150 m / D- 200 m
Premier jour Altiplano

Le temps de déjeuner et ranger les affaires, nous ne démarrons que vers les 10h00. Les vaches envahissent les alpages et les tintements de leurs grosses cloches retentissent dans le silence. Le ciel est limpide et la journée s'annonce belle. Le Colle de la Bandia et sa madone sont rapidement atteints. Cependant, nous prenons notre temps et chaque friche militaire est l'occasion d'une visite en bonne et due forme des enfants.

Au col Marghérina se dévoile Rocca la Meja, sommet emblématique et imposant de cet altiplano. Nous faisons une pause pour l'admirer. La piste continue en grimpant légèrement à Partir du Colle Cologna vers le Col de Salsas Blancias où nous faisons une nouvelle pause (histoire d'admirer les affleurements de roche blanche ayant donné le nom au col). Puis nous filons vers le Nord-Ouest pour déjeuner.

Je pensais que la suite ne serait qu'une formalité, mais la piste est plus caillouteuse que mon souvenir ne me l'avait laissé espérer, et Danaé qui a pédalé sans élastique (à sa demande) sur toutes les parties planes marque sa fatigue par la peur de tomber sur les cailloux. Bien que largement à sa portée (le lendemain me le confirmera), je n'insiste pas et l'encourage à chaque fois qu'elle essaye de remonter sur le vélo. Mais les larmes de fatigue sont présentes et je m'en veux un peu car j'ai peur d'avoir présumé de ses capacités.

Timothée va une nouvelle fois montrer sa gentillesse et il va raisonner sa sœur avec toute la tendresse d'un grand frère. A force d'encouragements nous traversons la zone caillouteuse et arrivons à la dernière montée. Le refuge est tout proche et cette idée conforte Danaé dans son abnégation.

Ça y est, il est 14h30 et nous sommes enfin arrivés au refuge. La gardienne nous ouvre la chambrée de 10 qui nous est exclusivement destinée (c'est le bon côté d'avoir des enfants et de faire une nuitée en semaine).

Les enfants découvrent l'univers d'un refuge avec tout son lot de nouveautés :
- Les chambrées avec lits superposés
- Les toilettes à la turque
- Le débarbouillage à l'eau glacée avec un gant de toilette
- La boisson sucrée (ou houblonnée pour le papa) pour tuer le temps
- L'attente impatiente du délicieux repas (dans les refuges italiens, il est rarement mauvais)
- La balade digestive avec les lumières rasantes du crépuscule
- Le silence immense qui règne
- Les difficultés d'endormissement avec les sempiternels ronfleurs de la chambrée d'à côté

Bref, tout ce qui fait le charme d'une bonne nuit en refuge d'altitude.

Samedi 10 septembre : immersion totale

itinéraire suivi : Refuge de la Gardetta > Colle di Salsas Biancas > Colle Marghérina > Lac de la Meja > Colle d'Ancoccia > Colle Valcavera : Km 13,6 / D+ 400 m / D- 350 m
Second jour Altiplano

Le petit déjeuner est servi et les enfants se réveillent naturellement. Ils ont l'air bien reposé et la journée s'annonce à nouveau magnifique.

Nous trainons un peu (faut dire qu'un seul adulte pour ranger tout le bardas et préparer les sacs, on peut facilement faire mieux). Nous sommes les derniers à quitter le refuge. Les enfants tiennent à remercier la gardienne et lui dire au revoir.
Une fois les formalités accomplies, nous remontons sur nos VTT (enfin Maëly remonte toujours sur mon dos, pour ceux qui n'auraient pas suivi). Nous empruntons un bout de sentier facile pour retrouver la piste en contrebas. Danaé est aux anges car ayant retrouvé toutes ses forces, elle apprécie ce petit moment de pilotage (à son niveau bien sûr). D'autant que les marmottes sont de sortie et nous nous arrêtons tous les 100 mètres pour en admirer une nouvelle.

La piste est atteinte et nous remontons le tronçon qui a donné tant de mal à Danaé hier. L'élastique est de rigueur mais cette remontée que j’appréhendais (vue la réaction de Danaé hier) se passe non seulement sans anicroche, mais carrément dans une joie partagée. Elle suit ma roue et les cailloux sont plus facilement évités à l'allure de la montée. Bref, on file plus vite que prévu, tant et si bien qu'arrivés au Col de Marghérina, j'impose la montée au Lac de la Meja. Danaé fait alors un blocage, mais Timothée qui a compris l'intérêt de ce détour va non seulement encourager sa sœur, mais carrément faire des aller/retour pour lui monter son vélo (le poussage raide étant de rigueur).

Nous arrivons au lac et la mine boudeuse de la miss se métamorphose instantanément en large sourire ! Nous allons déjeuner au bord d'un lac et surtout les enfants vont pouvoir se tremper les pieds dedans ! La voilà la récompense que Timothée voulait tant (il leur en faut si peu pour les satisfaire !)

Un troupeau de vache rumine paisiblement et le moment est empreint de sérénité.

Le déjeuner terminé nous reprenons la montée au Colle d'Ancoccia. La piste est roulable, mais un peu raide pour un équipage porte-bébé joufflu + élastique. La nouvelle motivation des enfants est la visite d'un blockhaus situé en amont du col, visible depuis le lac. Le col atteint, sa visite "récompense" me permet de souffler un peu.

La descente commence par un sentier qui coupe la piste, et Danaé qui avait peur de petits cailloux la veille dévale le sentier que j’estime à un bon T3 (allez comprendre ??). Puis nous filons sur la piste pour finalement couper à travers la prairie où de loin (pour les photos), j'entendrai les hurlements de joie de mes deux bourricots préférés lorsqu'ils dévalent les prairies à fond la caisse, comme ils aiment le dire !

Il est tôt (14h00) et l'idée d'un nouveau bivouac au même endroit me séduit moins à présent. Les enfants sont favorables à une improvisation et nous quittons les pistes de l'altiplano de la Gardetta, à présent bien fréquentées par les motoreux de tous poils.

Nous retournons en France mais juste pour donner des nouvelles grâce au téléphone portable. Le tunnel de Tende franchit, nous cherchons un spot à toilette (le vallon de Bens au dessus de La Brigue nous accueillera généreusement), puis à Bivouac. Le Rio Secco au dessus de La Brigue fera l'affaire... L'heure étant à présent avancée.

Dimanche 11 septembre : Le retour à la réalité

Le bivouac est situé en contrebas d'une petite route très peu fréquentée. Cependant en ce Dimanche matin, je suis réveillé à 6h30 par un défilé de véhicules en tout genre (4x4, camionnettes, etc...). Mais que se passe t-il ?

Les enfants se réveillent un peu plus tard, mais j'ai un pressentiment peu engageant... Et si c'était l'ouverture de la chasse ?

Je n'ai plus de doutes lors j'entends les aboiements des chiens au loin. Ça y est, la montagne est devenue un champ de tir ! On se carapate vite fait...

Nous nous rapprochons de la mer et le temps est magnifique. Pourquoi rentrer si tôt à la maison ? Hop, bifurcation vers Sospel pour le ravitaillement et hop nous montons au Col de Braus sur notre spot à Pique-Nique.

Nous bullons un peu et après le repas, je propose à Danaé (Timothée pas besoin, il est toujours partant !) un petit tour à VTT. Elle accepte et nous voilà partis vers la Tête de la Lavina. En chemin les enfants sauvent la vie à un écureuil tombé dans un trou (ce qui les mettra en joie pour le restant de la journée). A la balise 69 nous choisissons de retourner sur le Col de Braus par le sentier. Danaé est en confiance, c'est sûr qu'elle parviendra à franchir les marches et autres racines qui rappellent que nous ne sommes plus sur les sentiers bien lisses des Alpages. En fait, elle confirmera mon intuition en passant tout sans sourciller ! Une vrai championne cette Danaé !
Quand à Timothée, avec son gros sac à dos, il n'a jamais rechigné, toujours heureux et partant pour découvrir de nouveaux sentiers.
Et bravo aussi à Maëly (3 ans) qui a voyagé à l’œil et fait office de radio en chantonnant quasiment tout le temps !

Quel plaisir de partager cela avec mes enfants ! Vous pouvez en être certain, je savoure chaque nouvelle expérience passée en leur compagnie !

Commentaires

» Par Ricil, le mardi 13 Septembre 2011 à 20:40

Pinaise, ça donne vraiment envie d'être papa...

» Par Phil'Ô, le mardi 13 Septembre 2011 à 20:50

Y a plus qu'à Ricil :wink:

» Par TiBougnat, le mercredi 14 Septembre 2011 à 22:07

Un bon plan pour une baladorefuge pour bambino. Le cadre est idyllique pour les enfants.

» Par sanfroic, le samedi 17 Septembre 2011 à 18:48

Après ce CR, la maman doit être jalouse ;)

» Par Geux, le dimanche 18 Septembre 2011 à 14:41

Et dire qu'il t'a fallu 2ans de repérage pour ce raid.
Bravo en tout cas pour le courage des juniors ;)

» Par Phil'Ô, le dimanche 18 Septembre 2011 à 18:22

@Geux : Et oui, avec eux, surtout en mode "raid" c'est 0 défrichage ! Les risques de galère sont déjà assez nombreux comme ça, sans se rajouter l'inconnue du terrain.
Le principal étant de leur faire vivre une belle aventure (je pense que ça c'est réussi), il ne faudrait pas qu'elle tourne au cauchemar...

» Par shama, le dimanche 18 Septembre 2011 à 19:09

Toujours aussi scotché par ton travail de préparation pour offrir qq chose de digeste aux enfants ! Bravo...

» Par TataYeah, le mardi 20 Septembre 2011 à 10:20

Bravo à tous les 4 ! Cela donne de bonnes idées :)

» Par Phil'Ô, le mardi 20 Septembre 2011 à 16:07

@ Shama : Le jeu en vaut tellement la chandelle ! :)

@TataYeah : C'est clair que c'est moins expo que le sentier de Villargaudin :lol::wink:

» Par Le ded, le mercredi 21 Septembre 2011 à 12:06

3 remarques:
Il manque le gros plan sur la piquouse de Pantani!
les Edelweiss sont protégées!
Je sais ce qu'il me reste à faire avec mes 2 petits enfants ;-)

» Par Phil'Ô, le mercredi 21 Septembre 2011 à 13:57

@Le ded: Pour les edelweiss, c'était trop tard... le mal était fait quand je les ai vues dans les mains des minots :oops:. Mais cela m'a permit de le leur signaler :wink:

Pour la picouse de Pantani, à l'occasion tu demanderas aux enfants de quoi il est mort... La leçon de vie était trop facile pour que je n'en profite pas pour en mettre une couche... :roll::ill:

» Par zigual, le jeudi 29 Septembre 2011 à 10:04

Wahou !! C'est géant... Faire un truc pareil avec des enfants qui aiment ça, c'est le rêve !

» Par squal, le jeudi 06 Octobre 2011 à 20:54

Je prends enfin le temps de lire ce billet.
P'tain t'es un grand malade, mais cette maladire est belle. J'espère qu'elle est contagieuse :)
Je sais pas ce que tu vas trouver pour l'an prochain, mais la barre est haute.

» Par Phil'Ô, le vendredi 07 Octobre 2011 à 22:02

L'an prochain ... ??? Je ne sais pas encore, mais je fais confiance à mon imagination et leur bonne humeur :wink:

Ajouter un commentaire







HTML interdit. BBCode Autorisé.



Ce billet a été lu 4740 fois


Le trophée de Phil'Ô est propulsé par VTTour