Ski
Accueil > Topo Guide > Sentiers > Mont Cenis > Avanzà ! itinérance d'exception de Modane à Sisteron (sortie du 28 octobre 2018)

Avanzà ! itinérance d'exception de Modane à Sisteron : Sortie du dimanche 28 octobre 2018 par TiBougnat

Participants : seul(e)

Remarques terrain

Semaine exceptionnelle. Météo parfaite. Terrain sec partout, partout, partout...

Sentiers associés

3 Mont Froid final par le fort : j'aime

3 Ricovero Clapier > Refuge Avanza (Tour du Giusalet) : improbable cheminement

3 Rifugio Avanza > Bergerie Martina : improbable cheminement

Récit de la sortie

Itinéraire suivi : voir trace

Avanza !

Avanza ! Progresser, avancer, ne pas se retourner et suivre son chemin.
Avanza ! Pédaler, marcher, pousser, porter, ne jamais abandonner.
Avanza ! Rêver, imaginer, réaliser.

Je quitte la maison dans la nuit noire d’un samedi d’automne. Je roule mon baudet chargé pour plusieurs jours d’autonomie jusqu'à la première gare de proximité. Je quitte ma zone de confort, l’esprit encombré de doutes et d’incertitudes sur un itinéraire qui se dévoilera à l’avancée. Malgré l’habitude, malgré les nombreuses expériences, le trac est toujours présent. La crainte d’oublier un truc essentiel envahit ma pensée. Tant pis ! Il est déjà trop tard pour faire demi-tour. Rendez-vous est pris avec Dame Aventure. Le cap du départ est franchi. C’est le plus délicat, avec la décision de faire ou ne pas faire. Maintenant il s’agit de dépoussiérer ses rêves et les lustrer dans le monde réel. Si on l’a rêvé, on peut le réaliser. Entre les deux, c’est le monde de la volonté.

Me voilà donc entré dans ce monde d’entre deux. C’est le plus incertain et le plus aléatoire, celui où l’on se confronte aux éléments extérieurs, la pente, le dénivelé, la météo, mais surtout à son propre intérieur. C’est le moment de vérité, où l'on demande à son corps de répondre présent pour une durée qui peut semblait peu raisonnable pour le commun des mortels. Le mental est le guide de ses exploits, aussi ambitieux soient-ils. Sans guide, point de salut, sans mental point d’Aventure. Le corps répond au guide, il répond au mental. Le corps peut encaisser des excès, le corps peut souffrir, le corps peut opposer une résistance, mais c’est toujours le mental qui a le dernier mot.

Dans ce monde d’entre deux, qui a duré sept jours, j’ai pu mesurer à quel point l’esprit a dominé le corps. Le guide a sauvé les meubles ! A plusieurs reprises, le corps a été confronté à l’impossible, à l’inimaginable. Ses objections ont été nombreuses, notamment en fin de journée. J’entends encore sa détresse face à la dernière difficulté du jour. Je l’entends gémir de douleur sous le poids du baudet. Mais à chaque fois, c’est le guide qui a eu le dernier mot, c’est le mental qui a guidé le corps vers le haut, attiré par la dernière lueur du jour. Passo dei Trinceramenti, Colle dell’ Assietta, Col Chabaud, Col de la Noire, Sommet de l’Oratoire ou encore le Sommet de la Laupie, à chaque fois c’est le même rituel. Fin de journée, soleil couchant, un dernier col, une dernière ascension, non pas pour trouver le graal, mais simplement pour basculer sur le versant qui offre un peu de chaleur du soir ou un peu de confort dans un refuge d’hiver ou autre bivouac italien. Si le corps souffre de cet entêtement de l’esprit à pousser toujours un peu plus loin le bouchon, jusqu’à tutoyer le crépuscule, il reconnaît bien volontiers qu’il est agréable de profiter de temps à autres d’un feu de poêle et de se prélasser sur de bons matelas. L’esprit n’est pas en reste. Il sait aussi savourer ces moments simples mais tellement intenses d’ouvrir une porte d'un refuge d’hiver dont il ne connaissait même pas l’existence, faute de voyager à l’instinct, à l’inspiration, au jour le jour. Refuge Avanzà, bivouac Enrico Olivero, refuge du Seignas, ont été ces lieux de réconciliation entre le corps et l’esprit. Des havres de paix et de solitude automnale.

Vers le bas, sous l’effet gravitationnel, c’est moins conflictuel entre le corps et l’esprit. Il y a comme une certaine connivence, une jouissance commune. Dans ces instants, où l’esprit est à la recherche du beau, du flow, du technique, le corps sait abuser avec délectation de l’objet vélo pour se refaire la cerise. Cette complicité corps, esprit, vélo a atteint son paroxysme dans les 2400 m de descente stratosphérique et improbable de Passo dei Trinceramenti à Suse, dans les douze km de flow du Col de Longet ou encore dans l’enivrante descente du Col Péas sur Soulier. Et j’en oublie ! Il serait fastidieux, ici, d’énumérer les 20 cols gravis et descendus. Mais il est un sentier, inclassable, croisé au hasard de la descente du col Basset, qui a marqué les esprits. Né du génie humain, le sentierio Gelindo Bordin (nom du premier marathonien italien champion olympique à Séoul en 1988) surplombe en balcon le Val Chisone sur près de huit kilomètres. C’est enfantin, c’est beau, c’est flow ! Il est la suite logique de cette séquence haute en couleur et haut perché le long des 30 km de la dorsale de l'Assietta, faisant suite à la terrifiante ascension del Colle delle Finestre depuis Suse.

Quand approche la fin temporelle d’une telle itinérance, l’esprit est mis à rude épreuve pendant que le corps se remet de ses blessures. Les nuits sont courtes, le sommeil léger, l’esprit est en ébullition. Quelle option choisir ? Quel itinéraire prendre ? L’espace temps sera-t-il suffisant pour rejoindre la civilisation et ses infrastructures de transport. L’esprit en bon guide doit prendre des décisions. Le corps suivra ! Ces choix sont d’autant plus délicats à prendre quand on n’a aucune référence sur l’itinéraire choisi à la simple lecture d’une carte. On peut faire appels à des amis, à des esprits bienveillants, qui jouent le rôle de texto routeur et vous guident pour franchir ces derniers obstacles d’une itinérance déjà réussie. C’est ainsi que la traversée des Monges par la Crête de Val Haut a été la cerise sur le gâteau de cette itinérance d’exception. La cerise a été dure a avaler à trois reprises, mais au final elle avait un goût exquis.

Dernière gravitation sur Sisteron, la douceur de son arrière pays enivre les sens. L’esprit et le corps sont dans un état second, comme en lévitation. Les maux, les douleurs, les doutes, les angoisses… tout est estompé. Plus rien ne peut les atteindre. Ils sont en état de grâce, au bout du chemin.

#1 Modane - Refuge Avanzà
50 km D+ 2800m / trace J1
#2 Refuge Avanza - Refuge Casa Assietta
47 km D+ 2250m / trace J2
#3 Refuge Casa Assietta - Les Fonts de Cervière
46 km D+ 1360m / trace J3
#4 Les Fonts de Cervière - Col de Longet
47 km D+ 2400m / trace J4
#5 Col de Longet - Lauzet-Ubaye
77 km D+ 1330m / trace J5
#6 Lauzet-Ubaye - Refuge du Seignas
52 km D+ 2700m / trace J6
#7 Refuge du Seignas - Sisteron
36 km D+ 850m / trace J7

7 jours / 355 km / D+13690m

Distance réelle parcourue : 355 km
Denivelé réel effectué : 13690 m



 
 
 
 

Commentaires

» Par mougello, le dimanche 28 octobre 2018 à 13:14

Superbe aventure !
Ca me donnerait presque envie de tester le VDM en autonomie ;)

» Par Le ded, le dimanche 28 octobre 2018 à 13:26

Et bing !!
Encore un coup sur la tête 8O :wink:

» Par Dje, le dimanche 28 octobre 2018 à 13:59

Ca donne une furieuse envie de tenter ça !! j'adore les images... et hallucine quand je vois le matos photo !
Trepied ou caillou pour les images où tu roules ?

Chapô ! ;D

» Par lamouette, le dimanche 28 octobre 2018 à 14:21

Superbe, :roll:
"Si on l’a rêvé, on peut le réaliser. Entre les deux, c’est le monde de la volonté.", je pars de ce pas chercher de la volonté pour l'an prochain :oops: :lol: :wink:

» Par nicom, le dimanche 28 octobre 2018 à 14:25

Joli! une question, tu as jamais pété ta bouteille sous le cadre?

» Par DreLaBiale, le dimanche 28 octobre 2018 à 14:54

Les photos racontent avec grâce et poésie ce périple automnal merveilleux (pays du Viso,Ubaye......). Merci beaucoup ++++
C' était un mouflon ?
Question terre-à-terre:Peux-tu nous dire (peut-être l' as-tu déjà faît) comment tu gères l' énergie électrique (Reflex,GPS,mobile) ? Tu as un panneau ou une batterie externe haute-capacité ou autre ?

» Par larsen, le dimanche 28 octobre 2018 à 15:21

Somptueux ...bravo

» Par Phil'Ô, le dimanche 28 octobre 2018 à 17:44

Quel délice, quelle aventure ! A chaque compte rendu, je me prends une claque !

» Par totoff, le dimanche 28 octobre 2018 à 18:02

Une sortie d'exception! Et top photos :cool:

» Par Géraud, le dimanche 28 octobre 2018 à 18:59

Une splendide itinérance et quelles couleurs! Magique!!! :roll:

» Par jeanluc, le dimanche 28 octobre 2018 à 19:09

Magnifique, comme toujours... :cool:

» Par Ticaillou, le dimanche 28 octobre 2018 à 19:38

Miam...fou...beau.

» Par Titifb05, le dimanche 28 octobre 2018 à 20:17

Magnifique... Le texte, les photos, l'ambiance. Bravo !

» Par Silvi, le dimanche 28 octobre 2018 à 20:38

Très chouette ce compte rendu. Longues journées, portages infâmes, dénivelés interminables , engagement dans la descente, chutes: heureusement que le mental est là. Mais attention tout de même: le corps a parfois aussi son mot à dire et il faut savoir parfois l'écouter si on veut en profiter longtemps. Voilà, c'était la pensée du soir...un point de vue de nana :lost:...qui avance en âge :( et... qui parfois en bave grave à essayer de suivre tous ces énervés du guidon :ill ... mais qui aime bien ça quand même. :roll: Bonne soirée à tous et merci TiBougnat pour ton partage

» Par Gérard MITAUT, le lundi 29 octobre 2018 à 09:19

Plaisir partagé un bref instant au col de Mirandol: sympathique rencontre pour moi, je suis impressionné par ton périple "péchu", ton organisation, tes photos superbes; n'oublies pas de me préciser la marque de l'attache pour l'appareil photo...on atrouvé ça bien astucieux :wink:

» Par Did91, le lundi 29 octobre 2018 à 09:53

Totalement admiratif, pour l'itinérance, le récit et les photos. Merci pour le partage, même si pour moi ça restera au stade du rêve.

» Par TiBougnat, le lundi 29 octobre 2018 à 12:30

Gérard me rappelle que j'ai fait de belles rencontres pendant ce périple :wink: Tous skitouriens ou presque :D
Questions/réponses :
Système de porte appareil photo : www.peakdesign.com/
Pas de trépied, tout à la main levée.
Pour la bouteille sous le cadre, il s'agit d'une bouteille St Yorre 1L (la 1L25 ne tient pas bien) :lol: Jamais cassé et de toute manière j'en change régulièrement pour les apports en sel.
Energie des devices : j'ai une batterie tampon pour charger smartphone, montre, frontale. Sur un court périple dans le monde civilisé je la recharge dans les cafés, resto, épicerie. Pour des périples plus lointains j'ai un panneau solaire. Pour le reflex, l'accu tient facilement 10 jours. La nuit tous les accus sont dans le duvet... je me sens moins seul :lol:

» Par Le ded, le lundi 29 octobre 2018 à 13:48

Olivier, aurais tu une trace exploitable ? :wink:

» Par TiBougnat, le lundi 29 octobre 2018 à 14:27

J'ai en effet une belle trace, mais la taille du fichier ne permet pas de la télécherger sur VTTour :oops:

» Par friz, le lundi 29 octobre 2018 à 15:50

@Ded: trace exploitable sur Strava :D :D :wink:

» Par Le ded, le lundi 29 octobre 2018 à 16:11

Je suis resté local, Friz :wink:

» Par DreLaBiale, le mardi 30 octobre 2018 à 01:29

Anecdote "électrique": souvenir d' avoir croisé en sud lozère un jeunot bricolo bohème ayant monté une sorte de dynamo sur son vieux bicloune et qui nous a dit qu' il pouvait recharger son smartphone avec ! Etonnant non ? .......une idée à creuser pour les ingénieurs du cycle peut-être. Logique vers le boitier de pédalier sur un VTT plutôt que les roues exposées.

» Par Le ded, le mardi 30 octobre 2018 à 08:53

suffit de réguler le courant de la dynamo (ça marche aussi avec les éclairages Reelight) :wink:

» Par TiBougnat, le mardi 30 octobre 2018 à 09:58

Sur un autre vélo, plus orienté route/gavel, j'utilise une dynamo moyeu SON couplé à un éclairage avant qui permet de recharger des équipements USB. C'est efficace à partir d'une vitesse > 10 km/h (Luxos U 90 lux Lumotec IQ2 Plus). J'ai pu recharger un accu 10000 mAh :wink:

» Par francois, le jeudi 01 novembre 2018 à 22:40

Vraiment, là je trouve qu'on atteint des summums: beauté des photos que j'aurais aimé avoir faites, beauté du texte que j'aurais aimé avoir écrit (tant je partage ce que tu évoques si bien), beauté de l'itinéraire que j'aimerais faire (même si j'en connais des bouts, je partage ton enthousiasme pour les crêtes autour de l'Oratoire dans ce merveilleux massif des Monges).
Un grand bravo ! :)

» Par francois, le vendredi 02 novembre 2018 à 11:45

Une petite question technique: c'est quoi ton tarp ?

» Par TiBougnat, le vendredi 02 novembre 2018 à 15:25

HyperLiteMountainGear Ultamid 4

» Par francois, le vendredi 02 novembre 2018 à 15:39

Tankyou :)

» Par mougello, le vendredi 02 novembre 2018 à 15:41

Merci pour le lien peakdesign ;)

» Par Gab, le samedi 03 novembre 2018 à 22:08

Sublime.

Ton texte et tes photos expriment à merveille ce magnifique voyage à travers soi-même qu'est l'itinérance en solitaire. Tu nous expliques magnifiquement le lien entre le mental, le physique et la bicyclette qui peut nous guider, nous porter, nous décourager, nous transcender, nous extasier !
Merci :)

» Par Climent, le dimanche 04 novembre 2018 à 10:27

Je ne trouve pas les dates exactes de ton périple. Le 24/10 j'étais à vélo au crépuscule entre le sommet de l'Oratoire et le sommet de clot Ginoux. Sur tes photos la lune est au même stade que ce que j'ai eu! On aurait pu se croiser?

» Par TiBougnat, le dimanche 04 novembre 2018 à 17:05

J'ai traversé les Monges le 25 :cool:

» Par Climent, le dimanche 04 novembre 2018 à 17:55

J'y étais encore: j'ai passé la semaine sur la crête des Vergères (en bas de la crête de la Colle coté ouest de l'Oratoire) dans mon fourgon pour des raisons pro. Tu aurais pu t'arrêter (si besoin) pour te ravitailler, charger tes batteries ou bricoler au vélo. J'ai tout ce qu'il faut dans le fourgon :wink:

» Par bens, le jeudi 08 novembre 2018 à 10:46

Bravo, beau texte, belles photos, et surtout belle trace, ça fait envie !
L'itinérance en VDM me titille de plus en plus même si j'ai encore beaucoup d'étapes à passer pour ça.

» Ajouter un commentaire

Le VTT est une activité dangereuse qui doit être pratiquée de façon responsable. Les informations contenues dans ce site sont données à titre indicatif et devraient uniquement êtres prises en tant que tel. Choisissez des itinéraires adaptés à vos capacités techniques et physiques et soyez attentifs à leur condition.