Ski
Par francois le 17.07.09
Accueil > Topo Guide > Sommets > Lozère > Grande Traversée du Massif Central > L'intégrale de Clermont Ferrand à Montpellier > Sortie du 04 juillet 2009
 Topo validé par la modération

1600 m Grande Traversée du Massif Central : L'intégrale de Clermont Ferrand à Montpellier

La GTMC (pour les intimes) est surtout un très beau voyage d'une grande variété de paysages et de climats; il ne faut pas y aller pour "faire du sentier technique" mais pour découvrir plusieurs magnifiques régions, lors d'une randonnée au long cours qui dure au moins 8 jours pour les plus rapides mais le plus souvent 10 à 15 jours. Une superbe immersion dans le Massif Central profond...

Données techniques

Département : Lozère
Longueur [?] : 620 km.
Denivelé (+/-) [?] : 13300 m.
Roul.dif./Poussage [?] : 200 m.
Portage Oblig. [?] : 50 m.
SPR [?] : (10/80/10)

Nb de jours : +7
Cartographie [?] : Guide Chamina la GTMC

Dif. montée [?] : 3
Dif. descente [?] : 3
Dif. max : T3 ponctuellement
Exposition [?] : 2

Interêt [?] (8.7/10)

Départ/Accès

Départ : Clermont-Ferrand (380 m) - Clermont-Ferrand centre

Itinéraire

Découpage en 13 étapes:
- Volvic > Orcival : 58 km - 1100 m de D+.
- Orcival > La Chaumiane : 53 km - 1300 m de D+.
- La Chaumiane > Chalinargues : 57 km - 1100 m de D+.
- Chalinargues > Le Trailus : 48 km - 950 m de D+.
- Le Trailus -> Le Sauvage : 52 km - 1300 m de D+.
- Le sauvage -> Laubert : 69 km - 900 m de D+.
- Laubert > Pont de Montvert : 60 km - 1200 m de D+.
- Pont de Montvert > Ste Enimie : 62 km - 950 m de D+.
- Ste Enimie > Cabrillac : 40 km - 1150 m de D+.
- Cabrillac > Dourbies : 56 km - 1200 m de D+.
- Dourbies > La Couvertoirade : 46 km - 850 m de D+.
- La Couvertoirade > Les Lavagnes : 50 km - 700 m de D+.
- Les Lavagnes > Montpellier : 48 km - 600 m de D+.

Par égard pour le remarquable travail des éditions Chamina, je ne laisse pas ici de trace GPS de l'itinéraire ni de description précise. Il vaut mieux acheter le petit guide de la Grande Traversée du Massif Central (en vente dans toutes les bonnes librairies ou sur internet www.chamina.com), très bien fait avec pleins de renseignements pratiques et une quarantaine de fiches descriptives avec des extraits de carte IGN au 1/50000e.

On peut découper ses étapes comme on le veut et suivant son niveau, si on veut rouler à fond ou faire un peu de tourisme, etc... On peut le faire en autonomie totale (avec tentes, sacs de couchages, etc...) avec porte-bagages mais attention de ne pas trop charger les vélos, il y a quand même quelques passages techniques. On peut aussi le faire en couchant de gite en gite pour voyager plus léger, mais attentions aux hébergements qu'il faut réserver à l'avance... Les deux solutions ont leurs avantages et inconvénients : liberté de dormir où l'on veut en camping mais vélos plus lourds; vélos plus légers mais obligation d'arriver à l'étape si on roule de gite en gite.

L'itinéraire est très roulant (peu de singles techniques, quasiment pas de portage et très peu de poussage) mais c'est quand même du VTT et pas du VTC : le parcours reste très intéressant et permet de visiter plusieurs régions très différentes (Chaîne des Puys, Monts Dore, Cézalier, Margeride, Mont Lozère, Gorges du Tarn, Causse Méjean, Mont Aigoual, Causse du Larzac pour finir par la garrigue de Montpellier.
On trouve donc aussi une grande diversité climatique et il faut en tenir compte dans l'équipement : il peut faire très froid sur le Cézalier et la Margeride et très chaud sur les Causses, il peut faire très humide à l'Aigoual et très froid sur les Causses, il peut y avoir des orages très violents un peu partout et en particulier sur le Mont Lozère, bref il faut être prêt à tout...
Pour l'intégralité du parcours, il faut une bonne endurance et un bon entrainement, sinon c'est vite galère...

On traverse des régions parfois presque désertiques (je veux dire vides d'hommes) en particulier sur le Cézalier, la Margeride et les Causses : il faut en tenir compte pour la nourriture (à acheter dans les quelques villages traversés) et en cas de pépin mécanique il n'y à guère qu'à St Flour (en basse ville et sur le parcours même) qu'on trouve un shop très sympathique. Sinon, il faut se dérouter...

En ce qui concerne l'orientation : le topo Chamina est bien fait mais il faut bien réaliser qu'on navigue avec une carte au 1/50 000 (et pas au 1/25 000) ce qui demande un peu d'attention et de vigilance, on peut donc se passer d'acheter toutes les cartes au 1/25 000 (ce qui commence à peser lourd dans le sac...). Le balisage est excellent jusque vers Allanche, un peu plus discret d'Allanche à Bagnols. Ensuite, dans les Parc National des Cevennes, pas de balisage, il faut être attentif et vigilant. De la Couvertoirade à St Jean de Fos, on retrouve un excellent balisage de la GT34 (Grande Traversée de l'Hérault). De St Jean de Fos à Montpellier, plus de balisage mais on suit le GR (pas toujours très bien balisé, méfiance). D'une manière générale, on n'est pas à l'abri d'un débalisage sauvage ponctuel, voire d'une balise placée intentionnellement dans le mauvais sens (ça nous est arrivé au moins deux fois). Donc, toujours un œil sur la carte du topo Chamina !

Remarques/Variantes

Commentaires Terrain/Points d'eau :
Beaucoup de pistes roulantes, un peu de single et pas beaucoup de goudron.

Sortie(s) GPS associée(s) : 17.04.17

Notes/Commentaires sur l'Itinéraire

» Par TiBougnat, le lundi 31 juillet 2017 à 10:59 (8/10)

Belle itinérance, idéal pour le bikepacking avec des enfants

» Par Basti1n, le vendredi 24 juillet 2009 à 18:52 (8/10)

Très beau parcours que j'ai emprunté à 3 de bagnol les bains à la dourbie. Tout en bivouac, super paysages, beau temps sur les 4 jours. Très roulant pour un esprit pur cross country!

» Par francois, le vendredi 17 juillet 2009 à 15:02 (10/10)

Plus que du VTT, un magnifique voyage de 12 jours à la diversité géographique, climatique et culturelle surprenante. Le VTT y prend de la grandeur en devenant un outil parfaitement adapté à la découverte du Massif Central.


» Notez/Commentez l'itinéraire

Grande Traversée du Massif Central, L'intégrale de Clermont Ferrand à Montpellier : Sortie du samedi 04 juillet 2009 par francois

Participants : Patricia

Remarques terrain

De tout...

Récit de la sortie

On a pris l'option "legers, de gite en gite": avantage: légèreté; inconvénient: obligation de réserver longtemps à l'avance et d'arriver à l'étape chaque soir... Mais il y a la douche, ça motive (même moi...). On a aussi décidé de prendre notre temps et de ne pas "pédaler idiot" en faisant un minimum de tourisme. Les régions traversées sont très riches touristiquement parlant.

JOUR 1: Volvic -> Orcival.
Départ de Volvic (où l'on est arrivés par le train la veille depuis Auch via Toulouse et Brive): ça monte d'entrée, il fait chaud et orageux, on se dépèche pour tenter d'arriver à Orcival avant l'orage. le paysage comence à défiler: chateau de Tournoël, Chaînes des Puys, et déjà au loin, le massif du Sancy. On arrive avec les premières goutes, secs. Visite de la magnifique église d'Orcival, repas au resto, nuit au gite.

JOUR 2: Orcival -> La Chaumiane.
Orage le matin: on part quand même et au bout d'une heure on s'arrête dans un bois presque à l'abri des gouttes; il pleut fort, puis les éclairs s'en mellent et on decampe sous la pluie. Arret d'une heure à Pessade pour s'abriter dans un bistrot, puis ça s'arrange. la suite est magnifique sous le soleil et les nuages, il ne fait pas chaud. Arrêt dasn une fromagerie ou des locaux bien du crû "se calent", comme ils disesnt: saucisson, St Nectaire qu'on ne vend pas aux touristes tellement il est moche mais qui est excellent, un pzetit coup de Cahors pour arroser le tout (tout ça offert spontanément), et c'est reparti. Descente sur le lac Chambon, baignade (entre deux nuages gris), remontée physique (erreur d'itinéraire oblige) vers Besse, Lac Pavin, superbe single du Pavin au lac Montcineyre, baignade encore au lac Montcineyre, et enfin arrivée au gite assez rustique de la Chaumiane. Repas sorti de mon gros sac à dos, dodo.

JOUR 3: La Chaumiane -> Chalinargues.
Au programme, la traversée du Cézalier, un coin que j'affectionne particulièrement et que je connais bien: des estives à perte de vue, des vaches, des horizons lointains sur le sancy et le Cantal, et personne. J'en parlais abondemment depuis plusieurs années à Patricia, le cézalier a étét à la hauteur de la réputation que je lui faisais. Mias ça se mérite ! Le passage au dessus de la Godivelle est parfois physique à cause des diverse clotures (électriques, barbelés, etc..) et des différentes échelles ou portes aménagées pour les franchir... Il y a aussi un peu de single technique et une longue montée de 500 m; je sais c'est pas grand chose mais avec eds vélos un peu chargés et un gros sac, c'est plus tout à fait pareil...
Il y a surtout une superbe (il fait très beau) et longue descente de 15 kms qui retsera longtemps dans nos souvenirs. De nombreux arrets "fraises des bois" plus tard, on arrive enfin au gite de la Piniatelle à Chalinargues. Visite de l'exposition (superbe), petite bouffe au seul resto du coin et bonne nuit dans le gite moderne et fonctionnel.

JOUR 4: Chalinargues -> Le Trailus.
Ca commence par une descente un peu technique suivie d'une remontée sévère de Neussargues sur le Planéze de St Flour. je me déroute avec le vélo de Patricia (qu'elle vient d'acheter d'occasion et qui donne des signes de faiblesse) directement sur St Flour pendant qu'elle continue seule avec mon vélo sur l'itinéraire normal. J'ai réduit le jeu de direction important mais ça m'inquiète et en plus, son amortisseur commence à perdre la pression, je suis obligé de regonfler tous les 10 kms. Je trouve finalement le seul bouclard en ville basse, super sympa: il vérifie mon serrage du jeu de direction, répare un jeu à l'amortisseur, mais ne peut rien pour la fuite; je finirai avec ce vélo en bloquantr l'amortisseur arrière, et encore bien content qu'il puisse se bloquer ! Je retrouve Patricia plus loin. Arrêt à Ruynes en margeride pour cause d'averses (il fait assez froid), on en profite pour visiter un musée très sympa. Montée raide (très raide !) au Trailus, au pied des hostilités du lendemain, la traversée des crêtes de la Margeride. Gite auberge très confortable (et pas très cher, 40 € la 1/2 pension) aux Volpilieres.

JOUR 5: Le Trailus -> Le Sauvage.
Superbe traversée ! On fait l'étape avec 3 vttistes très sympas qui sont partis d'un peu plus bas (et qui sont donc un peu plus rapides que nous). Beaucoup de pistes roulantes qui permettent de profiter du paysage; d'autant plus que même s'il fait encore froid (surtout au sommet dsu Mont Mouchet), les nuages se déchirent. Des arbres abattus par les énormes quantités de neige de l'hiver dernier jonchent la piste sous le Mont Mouchet, rendant la prgression très lente et pénible; heureusement, çe ne dure pas plus d'un kilomètre... Une erreur (la seule) sur le guide Chamina nous fait perdre un peu de temps, puis c'est le passage à Chanaleille, avec son beau clocher à peigne et son épicerie rustique qui nous dépanne bien quand même. Le site du Sauvage est superbe et les batiments (2500 m2 de toiture) le sont tout autant. Ici, notre route croise cette des pélerins (bien rares, les vrais) qui marchent sur le Chemin de St Jacques.

JOUR 6: le Sauvage -> Laubert.
Une journée entière à chevaucher la Margeride ! Ca demarre plutôt mal à cause des fortes chutes de neige de l'hiver dernier qui ont complètement ravagé les arbres sur le chemin emprunté par la GTMC: c'est impraticable, même à pied sans les vélos. On renonce et on tente notre chance non loin du Parc à Bisons où j'eai repéré sur la carte une saignée dans la foret: comme la saignée est large, les arbres (en travers la aussi) ne l'obstruent pas complètement à ça passe (difficilement quand même). On apprendra le soir par les autres vttistes qu'ils ont mis 1h30 pour faire 1km, grosse galère.... A part ça, piste roulantes et sentiers plus ludiques alternent; il fait beau, on se regale avec pas mal d'arrets myrtilles ou fraises des bois. Après le Giraldès, Patricia suit l'itinéraire normal pour se payer (en prime) un magnifique tour du lac de Charpal tandis que je me déroute pour monter au Truc de Fortunio où la vue est splendide du Cantal au Mont Lozére en passant par l'Aubrac et le Gerbier des Joncs.

JOUR 7: Laubet -> Pont de Montvert.
Très beau parcours varié d'abord sur le Causse de Montbel, puis le paysage commence à "sentir le Sud" pendant la descente sur Bagnols. Belle remontée et surtout longue chevauchée panoramique sur le flanc S puis N du Mont Lozère: il fait beau et les horizons sont pour le moins lointains. Dans la descente versant S sur le Pont de Montvert, c'est le Sud: il fait plus chaud et plus sec. On ne resiste pas à un détour (à pied) vers les sources du Tarn et une baignade plutôt frisquette (eau entre 10 et 12°...) dans une vasque vert clair du Tarn naissant. Le soir, repas pantagruélique et excellent à l'Auberge des Cévennes... Bonne nuit dans le Gîte communal à l'architecture "spéciale"...

JOUR 8: Pont de Montvert -> Ste Enimie.
Je pensais que ce serait la journée la plus cool du raid que j'avais prévue courte pour se réserver des temps de baignade dans le Tarn: heureusement car le tracé est plutôt cassant et même parfois technique le long d'un sentier parfois étroit et exposé au dessus du Tarn. Mais il s'agit d'un beau morceau de VTT où ça monte et ça descend ! Beaucoup de monde à Ste Enimie (festival de la Bande Dessinée Médiévale (!?), ça a cassé un peu l'ambiance, dommage...

JOUR 9: Ste Enimie -> Cabrillac.
Ca commence par une longue remontée (sur route) des gorges du Tarn vers le Causse Méjean. Puis belle ambiance sur le Causse, de plus en plus sauvage au fur et à mesure de notre progression. Vers Nîmes le Vieux, magnifiques paysages de dolines vertes environnées de formations rocheuses de Dolomie. Comme l'étape est courte, on prend notre temps pour visiter (à pied) le chaos de Nîmes le Vieux. Arrivée le soir au refuge de Cabrillac, bien caché dans un bois: le site est superbe, la lumière du soir aussi. Le vieux couple qui garde le refuge est très sympathique; le refuge lui-même est plutôt rustique, à l'ancienne mais ça ne nous déplait pas...

JOUR 10: Cabrillac -> Dourbies.
Pas de bol: le beau temps de la veille laisse place à la pluie; c'est normal à l'Aigoual (200 jours de pluie par ans) ! La montée est belle et variée mais on n'y voit rien... On attend 3 h au sommet que ça se dégage, on visite l'expo météo (très bien faite et intéressante), je discute avec les collègues météo qui bossent ici (les veinards !), bref on passe le temps mais ça ne se dégage pas et le vent est toujours aussi soutenu. On part vers 13h, toujours dans le mauvais temps. Un peu plus bas, on débouche sous les nuages: il fait plutôt beau mais le sommet de l'Aigoual restera accroché toute la journée. l'itinéraire est bien foutu, varié, intéressant, souvent en balcon dans les Gorges du Trévezel puis de la Dourbies. Une des plus belles étapes de la Traversée. Nuit et repas au "gîte Auberge de Dourbies", très sympathique.

JOUR 11: Dourbies -> la Couvertoirade.
Encore une très belle étape dans un coin sauvage du massif du Lingas. Belle et longue descente du St Guiral jusqu'à Sauclières, au pied du Larzac. La remontée sur le Causse est assez raide et chaude puis la traversée du Larzac sur des pistes désertes commence: on trouve ça assez grandiose, surtout l'arrivée à la Couvertoirade, minuscule cité datant des Templiers et protégée par des remparts. malgré le 14 juillet, il n'y a pas trop de touristes, qui commencent déjà à vider les lieux puisqu'il y a très peu d'hébergement sur place. On visite une Couvertoirade presque vide; le soir, apéritif pour les habitants permanents du village (une cinquantaine) et les occupants du gîte, c'est à dire nous et 3 autres vttistes sur la GTMC comme nous: plutôt sympa !

JOUR 12: la Couvertoirade -> les Lavagnes.
Belle traversée du Larzac avec ses petits hameaux plus ou moins en ruine, ses lavognes et ses chemins pierreux; une très belle ambiance. On remonte sur le rebord oriental du Causse au Mont St Baudille avant de plonger vers la garrigue Montpellierène. Mais on voulait dormir une dernière nuit dans la montagne avant la plaine; donc gîte aux Lavagnes; ça fait une étape courte et j'en profite pour aller m'amuser sur les singles ludiques qui descendent a travers les falaises de St Guilhem le Désert pendant que Patricia se fait une petite balade (à vélo et à pied) à l'Ermitage de ?. Le gîte des Lavagnes est très agréable surtout que nous y sommes seuls...

Jour 13: les Lavagnes -> Montpellier.
Petite infidélité à l'itinéraire de la GTMC: je convaincs Patricia de passer dans les Gorges pour rejoindre directement St Guilhem: les singles sont superbes, ludiques et parfois un peui exposés mais cet itinéraire (qui de plus raccourcit un peu l'étape) est très logique et superbe; on roule au coeur des gorges et on arrive à St Guilhem par le haut ce qui vaut vraiment le coup. On rejoint l'itinéraire normal au Pont du Diable où une baignade dans l'hérault s'impose, d'autant plus qu'il commence à faire très chaud. De ce fait, la suite est moins plaisante, très chaude bien que l'itinéraire soit intéressant jusqu'aux portes même de Montpellier où l'on quitte une petite rivière pour basculer presque directement dasn le Tramway qui nous emporte de la Paillade à la gare de Montpellier, puis au train pour Toulouse (très confortable avec un gradn compartiment à vélo), au train pour l'Isle Jourdain, au car pour Auch (problèmatique avec les vélos...), puis à la remontée de la gare d'Auch à la maison (encore 100 m de dénivelé) de nuit et sous l'orage...

Distance réelle parcourue : 700 km
Denivelé réel effectué : 15000 m



 
 
 
 

Commentaires

» Par aurélien, le jeudi 30 aout 2012 à 03:43

L'arrivée à l'air effectivement brutale :lol:

» Ajouter un commentaire

Le VTT est une activité dangereuse qui doit être pratiquée de façon responsable. Les informations contenues dans ce site sont données à titre indicatif et devraient uniquement êtres prises en tant que tel. Choisissez des itinéraires adaptés à vos capacités techniques et physiques et soyez attentifs à leur condition.