Ski
Accueil > Topo Guide > Sentiers > Ubaye / Orrenaye / Alpes Cozie > Tour du lac de Serre Ponçon (version 5j) (sortie du 24 octobre 2021)

Tour du lac de Serre Ponçon (version 5j) : Sortie du dimanche 24 octobre 2021 par YogiDahu

Participants : CC

Remarques terrain

Très belle semaine d'automne sous un grand soleil sans nuage :-). C'est très frais le matin (herbe blanchie tous les matins) mais le soleil réchauffe bien.

Sentiers associés

2 Col de la Gardette (versant Nord) : Sur petite piste, très roulant, mais fun avec une vue splendide

1 Croix du Vallon > Font Gillarde : La grosse piste 4x4 de station par excellence : c'est long, c'est raide raide raide, c'est caillouteux...

4 Table d'orientation (sommet station) > Serre du Mouton : Tout en crête, en cours de travaux (création de marches, aménagements, reprise du sentier). Il faut aimer. Sinon, juste en contre bas côté station, il semble que le début de la DH, tout en virages relevés amène au même endroit (un autre style, sans la vue sur le lac)

3 Cabane de Joubelle : et zig et zag, que du fun sur sol sec. Mais c'est fou le nombre de coupe... :-(

3 Plate Longue (cabane de Joubelle) > Lac de St Apollinaire : bien moins fun que la portion précédente : un peu trop large et raide. Mais ça reste une bonne transition

2 Lac de St Apollinaire <> Chèvrerie de Réallon : Grosse piste sur le début, puis sentier dans la garrigue. ça se remonte bien sur le vélo

3 Fort de Réallon > Réallon : Rien d'exceptionnel, mais c'est une bonne transition sympathique

3 Clot l'Herbous > Les Touisses : Emprunté à la montée, peu de roulage, beaucoup de portage ;-) ça doit être sympa à la montée.

3 Mt Guillaume > Col de Trempa-Latz : Emprunté à la "descente" (du col de Trempa vers le Mt Guillaume). Portage jusqu'au sommet, puis sympathique descente au panorama majestueux sur le lac de Serre-Ponçon et des massifs avoisinants.

3 Mont Guillaume (sommet) : Par chance, peu de randonneurs lors de notre passage. Dans ces conditions, le sentier est au top : quelques épingles au début dans la caillasse qui roule, puis une traversée, puis de la variété, mais globalement bien cassant.

2 Chapelle des Séyères > Parking des Bourlinches : Sentier un peu large, très rapide et roulant. Attention aux clôtures, notamment la première qui est peu visible dans une portion très rapide.

3 Torrent de Ste Marthe (partie haute) : La Citerne : Sentier bien travaillé, et bien joueur. Toujours un peu gras sur le bas.

3 Torrent de Ste Marthe (partie basse) : En parfaite continuité avec la partie haute. Une grosse transition de piste en partie médiane puis encore une jolie portion sur le bas.

2 Ravin des Muandes : Piste balisée enduro. Bien travaillée, mais aussi visiblement très roulée. C'est bien, mais c'est vrai que c'est très typé DH.

2 Vallon de l'Aiguille : Bien gravilloneux sur le début, et surtout très freeride à vue. Rien de fou, mais c'est toujours bien sympathique quand même. Le tout dans un paysage au top du top.

3 Aiguille > Gourette : La première portion est bien à flanc, un peu expo et pas très roulant, avec quelques passages de ravines. Le tout jusqu'à la cabane du Sause. Ensuite, un portage/poussage à vue jusqu'à un petit collet avant une dernière traversée dans les alpages.

3 Ravin de la Gourette : Il faut trouver l'entrée du chemin, mais à partir des dernières fermes, c'est du très bon. Début en sentier à épingles, puis chemin un peu plus large mais bien joueur, souvent avec des petits blocs de pierre, en sous bois. Au top

3 Lac de la Cabane > TSP : Tout comme dans la description. La première partie est très joyeuse, avec quelques jolis challenges (obstacles) et quelques épingles. La seconde partie reste sympa, mais le bout de pistasse raidassage dré dans le pentu est bien dommage.

4 Sous la crête de Gênes (TSP) : La traversée pour arriver là est bien bien longue. Le sentier en lui même est très varié : des épingles sur du lisse au départ, des pierriers, d'autres épingles, du sentier truffé de pierre (peu/pas roulable) puis enfin le sous bois (excellent !) lisse sur aiguilles de sapin et ses épingles joueuses (un peu raide).

3 Durance rive gauche, sous le barrage de Serre-Ponçon : Étonnant sentier où il ne faut pas oublier de s'arrêter sur le banc quelques dizaines de mètres après le départ sur la route pour admirer la vue. On est déjà bas en altitude, mais en fait, il reste encore pas mal de potentiel sur ce sentier rapide et joueur où il faut rester attentif.

3 Serre Giraud > Ruines de Giéris : La montée est raide, mais la descente est un vrai régal. une portion sur le haut est vraiment expo avec des épingles très fermées qui arrivent très vite (Attention !). Les coupes sont malheureusement très nombreuses... et les piétons à surveiller, mais après la partie expo, c'est un petit sentier à flanc qui zigzag entre portion à gravier et sous-bois roulant. Au top

2 Serre des Renards > Pré Pinet : Jolie crête avec un sentier de foret tout en épingles. Très ludique. (seconde portion après la route non empruntée)

2 Le Champ du Comte (versant N) : La trace est vraiment très peu marquée en cette période automnale et il faut être très attentif pour la suivre dans les feuilles. Peu de pente et un joli slalom entre les troncs.

3 Torrent de l'Agneau : Très humide à notre passage avec de nombreuses traversées de ruisseaux pas évidente à vélo. Honnêtement, sans grand intérêt dans ces conditions

3 Ravin des Costes > Chorges : Chemin un peu large, très roulant. Sur le bas, une petite trace discrète sur la gauche est présente et parfaitement travaillée pour les 2 roues à pédale :-) Un bon final pour notre trip.

Récit de la sortie

Itinéraire suivi : Voir trace GPS. (largement inspiré des sorties SamyTerje et Spatman)

Partis pour un tour du lac en 4 jours selon les traces de SamyTerje et SpatMan, l'impossibilité de trouver à se loger à Montclar (pratiquement tout est fermé pendant les vacances de la Toussaint dans cette région), nous revoyons le tracé en ajoutant quelques bonus et en allongeant donc le plaisir d'une journée.

Jour 1: Chorges -> Les Gourniers
(38 km ; +2185m ; -1550m)

Montée par la piste et la route jusqu'au col de la Gardette : c'est un peu long, mais cette version permet de tout faire sur le vélo (ou presque). C'est roulant et avec une vue franchement terrible au col, d'un côté sur le lac, et de l'autre sur les contreforts des Ecrins.
La descente côté Nord se fait sur une piste un peu rectiligne, mais en jouant sur les côtés un peu en freeride, ça reste un bon échauffement pour la journée :-)
Sur la piste, après une épingle à gauche (cote 1780), on enchaine sur le sentier de Chenarette > Vaucluse à droite. On repasse sur de la mono trace qui donne le sourire. La descente s’arrête malheureusement là (cote 1710) pour une remontée toujours en single sur le sentier de Cabane de Font Renarde > Vaucluse . On hésite presque à poser les sacs sous un arbre pour s’alléger, vu que la piste de fin de journée passe tout juste à quelques dizaines de mètres de là, mais en même temps, on va pas laisser nos barres de céréales aux premiers écureuils venus ! :wink:
Le sentier, bien qu’assez raide se remonte bien jusqu’à la cabane. Ensuite, il y a plus de pierres et cela devient peu roulant. On rejoint la piste, puis un petit « à vue » dans le bois, avant d’attaquer la montée bien éprouvante jusqu’à la table d’orientation de la croix du vallon.
On avait presque hésité le matin à tenter la crête passant juste sous les aiguilles de Chabrières, mais la vision du pas de la Brèche de l'Homme et de la traversée qui suit nous conforte dans notre choix final !
Après avoir bien profité de la magnifique vue, la descente par la crête puis par les épingles jusqu’au lac de Saint Apollinaire est un vrai régal. Surtout à cette heure-ci avec seulement 3 ou 4 piétons sur toute la descente.
La fin de la journée se « résume » ensuite en une remontée sur la station de Réallon par une piste-sentier-route, tout sur le vélo ou presque (il y a un ou deux beaux murs sur la première piste !), une longue longue longue traversée sur sentier puis piste jusqu’au gite des 3 cols. Là, il nous faut bien un bon chocolat chaud devant le feu pour nous réchauffer et récupérer un peu :) (et oui, dès le soleil couché, la température tombe bien vite en cette saison automnale).

Jour 2: Les Gourniers -> Embrun
(35 km ; +1866m ; -2500m)

Départ du gite bien couvert puisque l’herbe est blanche, glagla.
Petite montée dans le village (pour se réchauffer) jusqu’à la « marmite des géants » (joli point de vu sur le ruisseau) pour passer rive gauche du torrent et commencer la journée par le sentier découverte très ludique (attention, en journée, et selon la saison, il y a surement pas mal de piétons).
Un enchainement de pistes et de chemins s’enchainent jusqu’à Réalon, en passant par la tour pour un micro détour photo. Encore quelques kilomètres de pistes jusqu’au hameau des Méants où commence la montée.
A la cote 1500, on se dit que faire le tour du Mont Guillaume par le Gr de Pays semble une longueeee traversée par la piste pas plus funcky que ça. On opte donc pour la version « traversée du mont Guillaume » par le vallon de la Baume. Certes il n’y a pas de chemin sur la carte IGN, mais une jolie trace est présente sur OSM, et puis, il fait beau, on craint rien, alors zou !
On remonte donc le sentier en direction de clot l’Herbous, d’abord en poussant, puis rapidement avec le vélo sur le dos (ça semble assez fun à la descente, mais pas bien roulable à la montée). On rejoint ensuite le vallon (toujours assez raide et en herbe, avec un pédalage réservé aux gros cuissots !) qu’on remonte facilement en suivant les cairns jusqu’à la cote 2300.
De là, on se dit que la pente semble sacrément raide, mais bon, il n’y a qu’à suivre la piste sur la carte…
Mouais, en fait, une fois de plus, il faut se méfier des cartes !!!
En fait, aucune sente ni aucune trace, ni rien. On monte bêtement à vue, au moins pire, mais honnêtement, ce n’est franchement pas raisonnable et cela ressemble rapidement à de la petite escalade. Pas si dur que ça, il suffit de poser les mains et de bien bien bien caler ses pieds, mais avec un vélo et un gros sac sur le dos, c’est franchement très limite, exténuant, et pas bien malin.
Ce passage est donc fortement déconseillé !
Il est possible qu’en passant légèrement plus au Nord, juste après la petite arrête, la pente soit un peu moins marquée, mais cela reste à prouver ?
Bref, après quelques sueurs froides (et quelques litres de sueur tout court), on atteint la cote 2450 où la pente redevient très raisonnable. On finit alors à vue sans problème jusqu’au col de la Trempa-Latz, puis par le sentier jusqu’au sommet. Pas mécontent d’être en haut (avec une vue somptueuse sur le lac) après presque 1000 m de portage dans le dos.
Maintenant, la descente ! :D
Par la crête jusqu’à la chapelle du mont Guillaume (RAS, juste un ou deux passages un peu techniques) puis par le sentier principal jusqu’à la chapelle des Séyères. Ça secoue pas mal sur la caillasse et il peut potentiellement y avoir beaucoup de piétons sur cette section. Pour nous, à peine deux petits groupes. C’est donc un bien bon moment de vélo qui nous fait revenir le sourire. La suite : du grand classique de la région, extra fun sur plus de 1000 m de d- !!! :cool:
Petit bonus par l’enduro du « Ravin des Muandes » et enfin on rejoint Embrun pour un bon repos mérité à l’hôtel.

Jour 3: Embrun -> Lauzet Ubaye
(44 km ; +1940m ; -1910m)

Sortie d'Embrun en suivant le balisage "grande traversée" pour éviter la route principale et passer le long de la falaise (départ sur le parking du leader Price).
Changement de rive puis très longue montée par les petites routes et la piste. Ça monte bien mais c'est un peu monotone...
A partir de la cote 1530, on rejoint la piste venant de la Draye qui est une belle autoroute (enfin, c'est pas goudronnée, mais c'est bien lisse !).
Juste après les tables de pique-nique de clôt Besson, attention de rapidement quitter la piste pour le sentier à gauche (3 marches et un petit panneau "crête du Lauzet"). La dite piste doit d'ailleurs être toute neuve car elle n'apparaît pas encore sur tous les fonds de carte (notamment sur IGN ou même le sentier est légèrement décalé).
Le sentier se remonte assez facilement jusqu'au bout (cote 2190). Ensuite, la traversée jusqu'à la jonction avec le sentier juste sur le "gros Ferrant" est très belle, mais très longue avec de nombreux poussages aux passages des ravines et torrents (même si le sentier est très bien entretenu) et quelques passages un peu aériens. Nota, attention par temps froid où les ravines s'étaient pour nous transformées en belles cascades de glace. Très joli, mais pas si simple à traverser !
Après la jonction avec le sentier mentionné avant, ça devient beaucoup plus roulant et on arrive rapidement au col de la rousse par un petit portage.
Redescente jusqu'à la cote 1890 (pour nous et les courtes journées d'automne, pas le temps pour l'A/R au pic de Charance, dommage, ça avait l'air bien) puis sentier de gauche à flan (pas très roulant avec plusieurs passages de grosses ravines et éboulis) jusqu'à la cabane du sause. Freeride dans l'alpage pour rejoindre une traçounette qui mène au col. De là, suivre le balisage. Encore quelques traversées de ravines pour arriver à un alpage (la gourette). La suite se fait sur un discret sentier (avoir un bon GPS !) qui fini par s'affirmer sous les dernières maisons. La descente est alors bien ludique avec des épingles, des cailloux et du fun. Ça devient un peu plus cassant sur la fin.

Jour 4: Lauzet Ubaye -> Espinasses
(45 km ; +1890m ; -2150m)

Du plan d'eau du Lauzet, le chemin monte bien raide (surtout à froid juste après le petit déjeuner) et oblige à quelques poussages au début. L'option route est certes moins bucolique, mais certainement bien moins éprouvante.
La suite se fait sur goudron puis grosse piste.
La piste qui rejoint le lac de la cabane nous parait interminable, donc on opte pour le sentier du lac de la cabane en portage.
Sentier parcouru à la montée (NR sur 90%, mais on s'en doutait :wink:). Pour la descente, le sentier est propre, bien entretenu. La 1ere moitié est assez linéaire en sous bois, avec peu de pente et juste quelques jolies marches. La 2nd partie engage sacrement plus avec des gros réseaux de racines et des gros blocs de pierre. C'est T4 avec certaines épingles plutôt T5 (en tout cas loin loin loin de mon niveau).
Arrivée au niveau de la cabane, le petit lac est très décevant, enfin, c’est surtout que là il est parfaitement vide ! On décide donc de poursuivre un peu jusqu’au lac du milieu pour le piquenique. Pour le coup, ce lac là est vraiment top, et avec les mélèzes aux couleurs d’automne et le petit soleil, le panorama vaut le détour.
Au niveau vélo, le sentier se monte plutôt en poussant, mais c’est pour mieux repérer la descente :D
Dans le sens de la descente, la proportion sur le vélo dépend de la dextérité du pilote. Globalement une bonne partie est praticable, mais avec pas mal de passages trialisants.
La portion suivante, de la cabane à la piste est pour le coup un très bon moment de vélo. Après une courte portion de single en traversé, le sentier serpente avec tout ce qu’il faut pour s’amuser : quelques épingles, quelques cailloux, quelques obstacles, quelques portions roulantes… :D :D (Seule la toute dernière portion est un peu plus dré dans l’pentu, et moins intéressante).

On rejoint alors la piste du matin pour poursuivre l’ascension sur le GR de pays. A partir de la cote 1690, la belle piste se transforme en vieille piste puis en petit sentier qui s’étire s’étire s’étire à flanc de montagne. La traversé finie par être longue, surtout que le sentier très étroit dans la pente ne permet pas vraiment de rouler sur le vélo.
A la cote 1930, la pente s’inverse étonnamment et le sentier redevient sympathique même si de nombreux blocs imposent un pilotage prudent. Contrairement aux commentaires précédents, lors de notre passage, le sentier est ici bien marqué et semble entretenu. On passe la cabane et le ruisseau pour continuer dans les framboisiers en alternant jolis passages et zones quasi inroulables (le sol étant truffé de pierres et rochers). On finit par retrouver le sous bois et un sentier bien lisse, en aiguille de pin, très joueur (ça fait du bien de lâcher un peu les freins :D).
A l’intersection, après une grande hésitation on opte pour le sentier du haut qui remonte légèrement ( sentier des planes ). A posteriori, ce n’était sans doute pas le meilleur choix… En effet, alors qu’on commençait à bien s’amuser, on repart pour un sentier étroit en balcon, très peu roulant (même avec le vélo sur le dos). La fatigue commençant à se faire sentir, c’est long… On attend désespérément la descente qui se fait désirer… pour finalement être fun, mais très très courte.
Frustrés, on rejoint une piste au niveau de la fontaine du loup, piste qu’on ne va tout de même pas descendre ! :wink:
C’est donc reparti pour 100 m de d+ sur la piste avec pour objectif ce sentier visible sur la carte qui « coupe » la piste. Quelques gouttes de sueur plus tard on attaque cette descente (balisée VTT) qui sans être un bijou reste très honnête. Il y a de la monotrace, des portions plus larges, voire des portions de piste. Des zones en racines, quelques épingles. C’est assez décousu, plutôt roulant.

On rejoint de nouveau la piste à la cote 1470 pour cette fois ne plus la quitter jusqu’au col Saint Jean.
Là, détour par la station en quête d’une boulangerie… ou d’un snack… ou même d’une superette pour le gouter…non ? rien ? :(
Bon tant pis, l’heure avance, le soleil descend dangereusement, il reste encore pas mal de chemin alors une petite barre de céréales et on file.
La fin du tracé jusqu’à Espinasses est tranquille, entièrement sur piste forestière.

Bonne surprise toutefois sur la toute fin où on quitte la départementale au niveau d’un joli point de vue sur le barrage de Serre Ponçon. En complément de la vue, le sentier est plutôt agréable et relativement long. Malheureusement toute bonne chose ayant une fin, une fois arrivée au bord de l’eau, il faut encore pédaler un peu sur la piste pour rejoindre la civilisation.
Timing parfait dans notre cas puisque nous arrivons devant l’hôtel de la poste juste au moment des dernières lueurs du jour :cool:

Jour 5: Espinasses -> Chorges
(33 km ; +1650m -1460m)

Cette version du tour du lac en 5 jours nous permet de faire quelques détours pour agrémenter cette dernière journée. C’est donc parti pour un gros bonus du côté du mont Colombis. Même si le circuit intégral depuis le sommet semble alléchant, nous préférons économiser un peu nos cuisses et nous contenter de la descente finale depuis Serre Giraud.
La journée commence donc par un petit échauffement sur la route en direction du village de Théus avant de bifurquer sur une piste bien raide (pas mal de poussage) puis un joli sentier jusqu’à Serre Giraud à la cote 1166.
La descente qui suit en direction des ruines de Gieris est un vrai régal :cool :. Cela commence par quelques traversées en forêt pour s’échauffer, puis pas mal d’épingles au raz de ravines impressionnantes (il ne faudrait pas rater les épingles sous peine d’un très gros saut !!) puis cela se termine par une section extra ludique dans le sous bois. Attention toutefois aux piétons qui peuvent être nombreux sur ce sentier. (Et dommage de voir autant de coupes de sauvage :()
On retrouve la route à la cote 751 pour une longueeeee montée une fois de plus bien raidasse. C’est sur goudron donc tout passe largement sur le vélo, mais il faut tout de même appuyer bien fort sur les cuisses qui ne nous disent pas vraiment merci.
Arrivé sur le « plateau » (cote 1100-1200), la route se transforme gentiment en grosse piste avant de redescendre légèrement jusqu’au hameau de Vière. Se profil alors la dernière grosse montée jusqu’à la crête du Ruban. Malgré la saison avancée, les quelques rayons de soleil réchauffent l’atmosphère et il faut payer sa goutte pour arriver au sommet et croquer un bon sandwich en récompense :wink :
Le GR de pays parcourt la crête sur une large piste avec un très beau point de vue sur le lac un peu après le début de la descente. La trace redevient ludique vers Serre Renard (cote 1370) avec un bon enchainement d’épingles dans les racines :D. Malheureusement cela ne dur pas très longtemps et on retrouve assez rapidement la piste puis la route. La seconde partie du topo ne nous semble pas super fun et on opte donc pour une petite descente par la route jusqu’au plan de Sauze (enfin, c’est toujours trop long quand c,’est sur le goudron :wink:) puis une remontée sur la piste jusqu’à la cabane forestière du champ du Comte.
De là, on emprunte une très discrète trace repérée dans les tracés du site (merci aux contributeurs !). Tout à plat dans le sous bois, on s’amuse bien même si c’est assez court. On essaie ensuite d’optimiser encore un peu les portions de single même si finalement le choix du Torrent de l’agneau n’était surement pas le meilleur choix en cette saison (plusieurs passages de gros ruisseaux et de zones très très humides).
Toujours pour optimiser le parcours, on enchaine sur la dernière petite montée (petite mais costaud !) en direction du Grand Chatelard pour finir la descente vers Chorges sur une suite de traces assez sympathiques.

Ainsi s’achève ce petit périple fort bien sympathique en cet automne à la météo fraiche mais ensoleillée :cool:


Distance réelle parcourue : 181 km
Denivelé réel effectué : 9530 m



 
 
 
 

Commentaires

» Par SamyTerje, le vendredi 13 mai 2022 à 21:47

Belle, je l'avais raté celle là :cool:
Bravo pour l'aventure et la bonnification du topo qu'on avait roulé :P

Le VTT est une activité dangereuse qui doit être pratiquée de façon responsable. Les informations contenues dans ce site sont données à titre indicatif et devraient uniquement êtres prises en tant que tel. Choisissez des itinéraires adaptés à vos capacités techniques et physiques et soyez attentifs à leur condition.