Ski
Accueil > Topo Guide > Sentiers > Sardaigne > Isola d'Elba J1 : San Vincenzo à Portoferraio par Piombino et le ferrry (sortie du 27 octobre 2019)

Isola d'Elba J1 : San Vincenzo à Portoferraio par Piombino et le ferrry : Sortie du dimanche 27 octobre 2019 par brunobf

Participants : Sylvie, Laurent, Simon et Lili

Remarques terrain

sec

Sentiers associés

2 Traversée de la forêt de Piombino : sec

Récit de la sortie

Itinéraire suivi : San Vincenzo Piombino par la forêt > Portoferraio

Isola d'Elba jour 1.
On voulait commencer notre séjour sur le continent pour avoir le plaisir de prendre le ferry avec les vélos.
J'en profite pour remercier Vélorizons, qui m'a donné l'envie d'aller à l'île d'Elbe et dont le séjour m'a inspiré en partie. Dommage pour eux, j'ai le temps de préparer moi-même les tracés. On fera certainement appel à eux pour une destination lointaine ou une destination qui nécessite de la logistique.

Un super hôtel à San Vincenzo : Casamare. Un très bon accueil (comme partout en Italie), un petit-déjeuner d'anthologie et en plus, l'adresse qu'il nous donne pour le soir est très bien.

La journée commence par un peu de route, puis un sentier dans la forêt du Parco Naturale Costiero di Rimigliano, le long d'une plage immense. Un peu de montagnes russes pour arriver au petit port de Baratti.
Reste à traverser la forêt pour rejoindre Piombino.
L'itinéraire commence par une route, puis une piste et un sentier en traversée ascendante et descendante. Nous sommes dimanche : il y beaucoup de randonneurs, beaucoup de chasseurs et un peu de vttistes. Les coups de feu partent pas loin de nous; très surprenant.

On arrive pour midi à Piombino, il est temps de se trouver à manger et d'aller manger au terminal des ferries.

Au moment de prendre les vélos pour embarquer, Lili a deux pneus à plat. Tout le monde rigole, sauf moi qui en ait un aussi !
Le soir à Portoferraio, on commence à réparer et on s'aperçoit que nos pneus sont garnis d'épines comme des punaises !
ATTENTION : ne pas aller dans l'aire de camping près du terminal. C'est là qu'on a roulé dans l'herbe sans voir les épines.
Bilan : 20 rustines sur 5 vélos.
Une demi-journée de travail.
Une journée de marche annulée, qui était prévue pour faire le Monte Capanne en boucle depuis le Fonte di Zeno.

Bon, nous ne perdrons pas notre temps. On ira se baigner sur la superbe plage de Padulella, à l'ouest de Portoferraio.



 
 
 
 

Commentaires

» Par Phil'Ô, le mardi 12 novembre 2019 à 09:51

Ah, la végétation méditerranéenne, un véritable plaidoyer pour le tubeless a elle toute seule :lol: :cool:

» Par brunobf, le mardi 12 novembre 2019 à 10:59

ouais, je crois que je vais tenter l'expérience l'an prochain.....maintenant, c'est ski de fond, et eux, ils percent pas !

» Par Le ded, le mardi 12 novembre 2019 à 12:51

Il faut aussi et surtout mettre des pneus adéquats. :wink:

» Par brunobf, le mardi 12 novembre 2019 à 13:20

je crois que les miens sont tubelessready.
et les skis sont fartés !

» Par Phil'Ô, le mardi 12 novembre 2019 à 15:59

brunobf a dit :je crois que les miens sont tubelessready
Oui mais montés avec des chambres (donc en montage tubetype), sinon sur quoi poser les rustines ??? :lost: 8O . L'avantage du tubeless avec les épines, vient essentiellement du préventif qui rebouche les trous. Si tu montes un pneu tubeless avec une chambre à air, tu perds l'avantage du tubeless... l'inconvénient du tubeless en plus (le poids du pneu) :P

» Par brunobf, le mardi 12 novembre 2019 à 19:11

oui, ils sont ready mais pas en tubeless. mais je vais progresser, petit à petit ! Sans aucun doute, avec le genre de crevaisons qu'on a eu, le liquide aurait eu toute sa fonction.

» Par Le ded, le mercredi 13 novembre 2019 à 08:18

Le revers de la médaille du tubeless ready se trouve dans la situation suivante:
Une belle entaille sur le pneu qui ne sera pas rebouchée par le préventif, ni par une mèche (outil indispensable dorénavant). La solution est d'obstruer l'entaille (bout de pneu slick -indispensable aussi- ou emballage de barres énergétiques) puis de monter une chambre à air qui sera de suite percée si on n'enlève pas, une à une, les sympathiques épines qui, jusqu'à maintenant, ne gênaient en aucun cas le "triptyque" pneu+pression+préventif :)
Je vous passe sur le nettoyage du préventif (qui pègue les doigts et tapisse le sol -prendre un truc écologique!- et la manip fastidieuse pour enlever les épines (une pince à épiler, indispensable aussi !!). :P

Donc en bilan, tu roules tubetype et tu gonfles à 3 bars (comme Gilles), 1 chambre à air et 3 rustines dans la besace.
Ou tu t'équipes en plus de ci-dessus de préventif+pneu slick+mèches+pince à épiler... :wink:

» Ajouter un commentaire

Le VTT est une activité dangereuse qui doit être pratiquée de façon responsable. Les informations contenues dans ce site sont données à titre indicatif et devraient uniquement êtres prises en tant que tel. Choisissez des itinéraires adaptés à vos capacités techniques et physiques et soyez attentifs à leur condition.